Surprise d’apprendre qu’il existe un registre des Pupilles ….

L’EST REPUBLICAIN

BELFORT

Sur la tombe du Poilu “inconnu”

Grâce aux recherches de Christophe Grudler, Jean-Pierre Wymann a pu se recueillir sur la tombe de son grand-père tué à Verdun en 1916. Son emplacement était resté inconnu jusqu’alors.

 

Un grand moment d’émotion pour Jean-Pierre Wymann devant la tombe de son grand-père enfin identifiée à Chattancourt, près de Verdun . Photo DR

Cent deux ans après la mort de son grand-père Aloïse le 14 mars 1916 au Bois bourru près de Verdun, son petit-fils a pu enfin se recueillir sur sa tombe. Jean-Pierre Wymann, domicilié à Morvillars, s’est rendu il y a quelques jours à la nécropole de Chattancourt (Meuse), mettant fin à une longue quête infructueuse. Son père Raymond, né en 1913, avait en effet effectué des démarches pour retrouver la tombe de son père, en vain. Jean-Pierre avait pris le relais, sans succès. Aloïse Wymann, « peigneur » à Rougemont-le-Château, était soldat au 11re  régiment de chasseurs de Vesoul. Il a été tué par un obus lors d’une mission de liaison et inhumé à la nécropole nationale de Chattancourt sous l’appellation « Inconnu français ». Malgré tous leurs efforts, son fils puis son petit-fils n’ont pas réussi à identifier sa sépulture.

Intrigué par une plaque

C’est en passant devant celle-ci que l’historien belfortain Christophe Grudler a mis fin à cette frustration : « J’étais à Chattancourt pour la préparation du second livre que nous consacrons avec Bernard Cuquemelle aux poilus du département morts pour la France. J’ai été intrigué par la plaque qui portait simplement le numéro matricule 1633. En recoupant avec son registre matricule, j’ai pu retrouver son nom. »

Mieux : en consultant le registre des pupilles de la nation, puis l’annuaire téléphonique, l’historien a eu la chance de retrouver le descendant d’Aloïse Wymann. Très ému, ce dernier a effectué le déplacement en compagnie de Christophe Grudler. Il a eu l’immense satisfaction de constater que la plaque incomplète de la sépulture avait été changée. Aloïse Wymann repose désormais avec son identité complète.

Les deux hommes se sont également rendus au Bois bourru, un fort perdu au milieu de la forêt où le Poilu de Rougemont-le-Château a été tué. Jean-Pierre Wymann a vécu ces moments avec intensité : « Ça fait vraiment chaud au cœur. Je vais revenir sur place avec ma famille ; comme cela mon grand-père ne sera plus jamais tout seul… »

Je vais revenir avec ma famille, comme cela mon grand-père ne sera plus jamais tout seul

Jean-Pierre Wyman

Petit-fils d’Aloïse