DERNIERES NOUVELLES D’ALSACE

DIMANCHE 19 AOÛT 2018

COURRIER DES LECTEURS

Les visages d’Oradour

Jean-Laurent Vonau, profes­seur émérite de l’Université de Strasbourg, Soultz-sous­ Forêts, à propos de l’article paru dans les DNA du 14 août

« Je me réjouis qu’après tant d’années les victimes alsacien­nes à Oradour soient reconnues comme telles. Pendant très longtemps on les a considérées comme des

” habitants d’Ora­dour ” et leurs familles étaient exclues de l’Association natio­nale des familles des martyrs d’Oradour-sur-Glane. Mainte­nant que leur visage en qualité d’Alsaciens peut apparaître au Centre de la Mémoire, cela constitue une réelle avancée, que je tiens à saluer.

Cependant sur la question du révisionnisme soulevée par Andrea Erkenbrecher, historien­ne allemande, je suis effaré de constater qu’on veut mettre sur un pied d’égalité les soldats allemands et les soldats français incorporés de force dans l’armée allemande. La situation de chaque catégorie est radica­lement et fondamentalement différente. Les uns ont fait leur devoir de citoyen en obéissant à une autorité qu’ils avaient élue. Rien de plus légal et légitime ! Les autres ont été contraints d’endosser un uniforme qui n’était pas le leur. Rien de plus illégal et illégitime !

La France à l’époque n’a pas su protéger ces derniers contre cette ignominie. Elle leur devait donc réparation. L’amnistie à leur égard s’avère pleinement justifiée. Par contre l’Allemagne a aujourd’hui encore une posi­tion très ambiguë. Elle ne re­ connait toujours pas l’incorpo­ration de force comme un crime de guerre et encore moins com­me un crime contre l’Humanité. Cela explique le mélange des genres qui s’opère, jusque dans les esprits de certains historiens allemands, et qui relève du négationnisme, ce qui est la pire forme du révisionnisme..