Un camp de la Honte

Madame Geneviève Darrieussecq la secrétaire d’état auprès de la ministre des Armées a reçu en juillet le rapport de la commission mise en place sur les harkis. (voir sur notre site l’article publié par M-L LORENZON)

La ministre dit vouloir soumettre au président de la république et au premier ministre, dès le mois de septembre, des propositions et les annonces qu’elle envisage de faire en faveur de ces anciens supplétifs de l’armée Française.

Ces révélations seront dévoilées pour la journée d’hommage aux Harkis le 25 septembre prochain.

Le groupe de travail qui a planché sur ce sujet, « qui tient à cœur au président de la république », était présidé par Dominique CEAUX Préfet. Il était composé, d’un député de l’assemblée Nationale, d’un sénateur, de 10 représentants des associations de harkis, du secrétaire général de l’administration, de la directrice des ressources humaines des armées, de la directrice des patrimoines de la mémoire et des archives du ministère des armées, du directeur de cabinet du ministère de l’intérieur, d’un représentant du ministère de l’action et des comptes publics, de la directrice de l’O.N.A.C-VG et, de trois personnes qualifiées, le directeur du Souvenir Français, un historien, un sociologue .

Ce groupe de travail a fait de nombreuses propositions, «la préservation de la mémoire » des harkis, « une réparation adaptée » aux souffrances endurées, « la création d’un fonds de réparation et de solidarité doté de 40 millions d’euros », « l’enseignement obligatoire de la guerre d’Algérie au collège et au lycée » ….

Au dire de la presse les représentants de cette population, ont considéré, que les propositions de la commission étaient très insuffisantes et que l’état Français se moque d’eux…… !

Le sort des harkis, supplétifs Franco-musulmans de l’armée Française entre 1954 et 1962 mérite, que la France s’y intéresse. Il est juste que l’on reconnaisse les erreurs commises, et admette qu’on leur est redevable.

Suivant certains historiens, un très grand nombre d’entre eux ont été lâchement abandonnés par la France, et ont été laissés aux mains de leurs bourreaux, dans l’Algérie indépendante.

90 000 ont été rapatriés, mais ceux-ci ont été accueillis sur notre territoire dans des conditions indignes !!!

Ils ont été parqués dans des camps. « ex : le camp dit de la honte à RIVESALTE »

Nos anciens Présidents de la République ont reconnu ces erreurs et cherché à réparer.

Sur notre territoire, les harkis sont anciens combattants à part entière. Ils sont maintenant pris en charge ainsi que leurs familles, (veuves, et descendants) par l’ONAC-VG au même titre que tous les autres ressortissants.

Madame Rose-Marie Antoine Directrice Générale de l’ONAC-VG dans son allocution au congrès de la FNAM, a confirmé la mise en œuvre d’une « grande mesure » concernant les harkis de la première et deuxième génération en 2019

Une première question se pose QUELS HARKIS ???

Ceux qui auraient survécu en Algérie aux massacres organisés après le départ de la France ??

Combien sont-ils encore ?? et que va faire l’état Algérien ???

Aux Orphelins de Guerre Pupilles de la Nation des autres conflits d’autres questions se posent :

Quel sort leur a été réservé depuis 1939 ?

Quelle égalité de droit leur est réservée ?

Oubliés, maltraités par leur propre pays, ils sont indignés par cette nouvelle injustice qui semble programmée pour fin septembre prochain.

Ils demandent au Président de la république de tenir ses engagements, par la mise en place du Fonds de réparation dit « du tigre » qu’ils proposent.

Cette proposition est juste, elle ne coûtera rien à l’état puisque les fonds seront pris sur des paris de la Française des jeux.

L’ensemble des associations d’AC nous soutiennent de longue date.

Ils demandent de traiter sur un pied d’égalité, tous les orphelins de guerre des morts pour la France et les pupilles de la Nation , civils et militaires.

De même la grande majorité des élus, toutes tendances confondues, accompagnent favorablement depuis longtemps, notre demande de justice et d’égalité de droits,.

Nous demandons que cesse enfin toutes les discriminations, et qu’en raison de l’âge élevé des intéressés, une mesure juste de reconnaissance soit immédiatement prise.

Anne CHALONS 

Présidente 

Délégation ANPNNOGD
Bourgogne Franche -Comté

Les graines semées dans l’enfance développent de profondes racines

( STEPHEN KING)

Sources : Compte rendu de la Commission

Allocution ONAC-VG AG à l’AG FNAM
Presse nationale Internet