FENG SHAN HO
 
Diplomate chinois né le 01 septembre 1901. Issu d’une famille pauvre, à l’âge de 7 ans il perd son père. Sa mère est prise en charge par la mission luthérienne norvégienne et FENG SHAN devient élève de cette mission. Bon élève, travailleur il rentre à l’université de Changsha (capitale du Hunan). Ensuite en 1926 il intègre l’université de Munich où il prépare un doctorat en économie obtenu en 1932, mention très bien.
En 1935 il commence sa carrière diplomatique, est affecté en Turquie pour le compte des affaires étrangères, secrétaire d’ambassade à ANKARA. Puis à Vienne nommé 1er secrétaire de la légation chinoise en 1937 car il parle et maîtrise bien la langue allemande. Puis devint consul général lorsque l’Allemagne annexa l’Autriche.
Après la nuit de cristal en novembre 1938, les 200 000 juifs autrichiens sont menacés par le régime nazi. Pour éviter cela il leur faut fuir l’Europe. Mais il est nécessaire d’avoir un visa et un billet de bateau qui sont difficiles à obtenir, d’autant plus que à la conférence d’Evian, 31 pays sur 32 ont refusé d’accueillir des migrants juifs, un seul l’a fait : la République Dominicaine qui veut bien en recevoir 100 000.
FENG SHAN HO brave les interdits notamment les ordres de l’ambassadeur de Chine à Berlin et délivre des visas pour SHANGHAI (sous tutelle chinoise) bien que le visa ne fût pas obligatoire. Hô en délivra environ 1200 en 3 mois.
Environ 20 000 réfugiés juifs vécurent dans le ghetto en banlieue de Shangaï, sur un terrain de 1,5 km2.
Le visa servait essentiellement à quitter l’Autriche. Puis de SHANGHAÏ les réfugiés juifs pouvaient passer à Hong Kong voire partir vers l’Australie. Certains avec un visa de transit se dirigèrent vers les Etats Unis, Palestine ou les Philippines.
En tout 2000 visas ont été délivrés. Il fit cela jusqu’à son rappel en Chine en Mai 1940 où il est nommé directeur de l’information au Ministère des affaires étrangères.
Il aura aussi un poste de Conseiller dans une mission militaire aux Etats Unis en 1942.
Après la guerre il fut nommé ambassadeur de Chine par TCHANG KAÏ CHEK en Egypte (1947), au Mexique (1958), en Bolivie (1968), puis en Colombie en 1970.
Il prit sa retraite en 1973 et se retira à San FRANSISCO et y écrivit ses mémoires. Il y décéda le 28 Septembre 1997
L’organisation israélienne Yad VASHEM lui décerna à titre posthume le titre de « juste parmi les nations » en 2001. C’est grâce à sa fille journaliste que tout ces faits ont été révélés.
 En 2015 une plaque fut apposée sur l’ex-ambassade de Chine à Vienne devenue un hôtel de luxe.