Massacre de Maillé : le 75e anniversaire a été commémoré

124 personnes ont été assassinées par les Nazis le 25 août 1944. / © France 3 Centre-Val de Loire

Elus, habitants et anciens combattants ont commémoré le 75e anniversaire du massacre de Maillé ce dimanche 25 août, en présence de Geneviève Darrieussecq, secrétaire d’État auprès de la ministre des Armées.

Par Victor Lengronne Publié le 25/08/2019 à 19:04 Mis à jour le 25/08/2019 à 19:13

Maillé, 25 août 1944. 124 habitants – 36 hommes, 41 femmes, 49 enfants – sont massacrés par une division SS de Châtellerault.

75 ans après, élus – dont le maire Bernard Eliaume et la sécrétaire d’Etat auprès de la ministre des Armées, Geneviève Darrieussecq– habitants et survivants – ils ne sont plus qu’une trentaine désormais – ont remonté les rues de Maillé (Indre-et-Loire), à 45 minutes de Tours, pour commémorer un nouvel anniversaire de ce massacre.

“Leur martyre nous oblige à ne jamais oublier et à œuvrer pour que le pire ne puisse jamais ressurgir”, a tweeté dans l’après-midi Geneviève Darrieussecq.

Le 25 août 1944, une division SS encerclait et détruisait le village de Maillé. 124 habitants, âgés de 3 mois à 89 ans, étaient massacrés. Leur martyre nous oblige à ne jamais oublier et à œuvrer pour que le pire ne puisse jamais ressurgir 

— Geneviève Darrieussecq (@gdarrieussecq) August 25, 2019

Parmi les rescapés, France Audenet, 93 ans. “Un Allemand m’a tiré dessus entre deux passages à niveau, jusqu’à ce que je rentre chez moi. Deux jours après, mon grand-père a retrouvé des balles dans le volet de ma chambre.” Elle était visée. 

Maillé doit retrouver sa place dans les livres d’histoire

La tragédie de Maillé est le deuxième plus gros massacre de civils en France derrière Oradour-sur-Glane (642 victimes), le 10 juin 1944. Pourtant, celui de Maillé est très loin d’être aussi connu. La Maison du souvenir n’accueille que 6 000 visiteurs par an. “On demande à ce que Maillé retrouve sa place dans les manuels scolaires et les livres d’histoire”, ressent Romain Taillefait, directeur de la Maison du souvenir.