Les OVITZ sont une surprenante famille juive de Lilliputiens déportée en 1944 au célèbre camp de la mort d’Auschwitz- Birkenau

Le patriarche, Shimon Eizik Ovitz est originaire du nord de la Transylvanie l’actuelle ROUMANIE. C’est un artiste et un homme de foi (Rabin) Il a eu dix enfants avec deux épouses, entre 1886 et 1921.Sept des enfants étaient de petite taille. Ils fondèrent une troupe de saltimbanques et se sont produit dans toute l’Europe centrale. Ils chantaient et jouaient de la musique sur de tout petits instruments. Ils étaient aussi comédiens et le reste de la famille de taille normales aidait en coulisse.

Les lois raciales qui sont intervenues en1940, interdisent aux juifs de faire des représentations à la population non juive Le patriarche obtient des papiers qui ne mentionnent pas la confession du groupe, la troupe « LES LILLIPUTIENS » continue de se produire en toute illégalité jusqu’en mai 1944. Au cours d’une rafle, tous sont arrêtés et déportés à Auschwitz. Arrivés au camp, cette famille particulière, est remarquée par Mengele « l’Ange de la Mort », qui menait des expérimentations pour percer les mystères de la génétique et de l’hérédité.

Mengele a ménagé ces sujets rarissimes, leur assurant une bonne hygiène de vie, une bonne alimentation, pour pouvoir les inclure dans sa « collection de sujets – test »au sein de son « ZOO » humain.

Les pires traitements leur furent appliqués par ce sinistre médecin qui se faisait appeler « oncle ». Il demandait à ses

« cobayes », lors de visites de dignitaires de se présenter nus devant eux. Il leur fit faire des films, pour distraire le Führer …Par peur pour leurs vies, craignant d’être éliminés à la fin des expériences, l’ensemble des membres de la famille distrayaient le bourreau à chaque demande.

Tous survécurent jusqu’à la libération du camp, le 27 janvier 1945.

 Transférés en URSS ils ont intégré un camp de réfugiés, avant d’être enfin libres de regagner leur village natal. N’ayant plus de maison toute la famille se rend en Belgique.

Ils font leur « alya » en 1949 en émigrant en Israël, ou ils retrouvent encore la vie des camps dans des baraquements sordides.

En s’installant à Haïfa ils reprennent avec succès leurs tournées. Pendant toutes ces années les OVITZ n’ont jamais perdu l’espoir et le goût de la vie et, ils ne se sont jamais séparés.

C’est en 1955 qu’ils se retirent de la scène pour acheter et gérer un cinéma

Les descendants des nains de cette famille sont nés de plus en plus grands mais les femmes de la famille, au bassin trop étroit, n’ont jamais pu avoir d’enfants.

Les dix enfants nés des deux épouses du patriarche, qui étaient de taille normale, sont : ROZIKA, FRANZIKA, AVRAM, FREIDA, MICKI, ELIZABETH, PIROSKA (tous nains) et : SARAH, LEAH, ARIE, (de taille normale) L’ainée Rozika OVITZ est morte en 1984 et la cadette Piroska dite aussi Perla est décédé en 2001

Une étrange rumeur entoure le chef nazi, qui aurait voué une vraie passion pour le dessin animé de Walt Disney

« Blanche neige et les sept nains ». Un musée de Norvège déclare même avoir des dessins exécutés de la main du Führer pendant la seconde guerre mondiale et retrouvés cachés derrière un tableau ayant appartenu au Führer.

Anne CHALONS

Officier de la Légion d’Honneur
Présidente Nationale FNAPOG