Monsieur le Président de la République,

        Vous avez rendu visite aux Grands Invalides et Blessés de guerre le 8 juillet 2021 lors d’une cérémonie aux Invalides

vous avez rencontré Geneviève, belle, digne, volontaire , cette grande Dame qui fut à nos côtés dès le début de notre combat pour la reconnaissance et la réparation de l’État envers tous les Pupilles de la Nation et Orphelins de Guerre de tous les conflits.

Vous étiez accompagné de Madame DARRIEUSSECQ, Ministre Déléguée aux Armées, dont nous attendons toujours qu’elle nous délivre enfin un message de reconnaissance empreint d’empathie !

Geneviève Litt s’en est allée quelques jours avant la commémoration de  la Libération de la Ville de Besançon le 8 septembre, événement funeste qui  76 ans auparavant bouleversa à jamais la vie de la jeune fille qu’elle était.

Cette vie qu’elle a consacré par la suite à entretenir la mémoire de nos Pères/Mères, de nos valeureux combattants, à se pencher sur la misère de ceux qui comme elle sont devenus les grands Blessés de ces conflits mondiaux.

Dans notre milieu patriotique l’émotion est grande ! Pour que l’on n’oublie pas, Madame Litt a souhaité, entre autres faits, que chaque année la stèle située à l’intérieur de la prison de la ville soit fleurie et a veillé que ce soit pour encore de longues années. Cette stèle marque l’endroit où six résistants venus du centre de la France ont été froidement exécutés sans autre forme procès ,amenés là par une horde de nazis qu’ils ont malencontreusement rencontré.

Ce devoir de mémoire, Madame la Ministre est notre « credo » et nul besoin d’édits, de règles pour nous le rappeler !

                                  Notre hommage à Geneviève est un symbole

Néo, l’un de nos plus jeunes adhérents du Doubs et de Bourgogne Franche Comté, 17 ans tout juste, a assisté en notre nom à ses obsèques, à la cathédrale Saint Louis aux invalides.

Le plus jeune de nos adhérents a accompagné le départ de la doyenne de la délégation

                                                                 FNAPOG DOUBS

 Nous dédions cet article, ces images ,à tous nos camarades d’infortune dont la vie a été brisée par de terribles blessures et pensons à ceux qui depuis nous ont quittés sans connaître réparation de leur préjudice et à ceux nombreux, trop nombreux qui désormais connaissent le même sort !

Le récit de NEO

L’ultime Adieu à Geneviève avec le drapeau des Invalides porté par un ancien combattant de la Seconde Guerre Mondiale, venu saluer une dernière fois celle qui fut élue “porte-parole” des résidents en 2013, alors qu’elle avait 88 ans

Le drapeau des Invalides porté par un ancien combattant de la Seconde Guerre Mondiale, venu saluer une dernière fois celle qui fut élue “porte-parole” des résidents en 2013, alors qu’elle avait 88 ans. Geneviève est partie rejoindre son mari, jeune combattant de la deuxième Division Blindée, qu’elle a rencontré en convalescence hospitalière. Marié à Geneviève en 1947, Edmond lâche son dernier soupir en 2007, après soixante ans de mariage ! Les voici aujourd’hui réunis.

Pour Geneviève, il était temps alors de rejoindre cette institution d’exception, ce qui se réalisa en février 2010. Onze ans après son arrivée, elle franchit une dernière fois les portes des Invalides. Dans la Cathédrale, de nombreux résidents furent menés en fauteuil roulant, des jeunes blessés en OPEX aux ultimes survivants du dernier conflit mondial. Tous étaient réunis pour accompagner celle qui fut leur parole, jusque sa dernière demeure.

 

« Geneviève est décédée dans sa 97ème année, près de 80 ans nous séparent. C’est ainsi que j’ai eu la chance et l’honneur de faire sa rencontre en ce jour si symbolique de la Libération de Paris.

Une rencontre et quelle rencontre

 Voici comme promis les photos des obsèques de Geneviève le 25 août en la Cathédrale Saint-Louis des Invalides, la plus belle et émouvante cérémonie qu’il m’ait été donné de voir ! Si tu savais comme le bruit du bourdon mêlé à l’orgue magistrale semblait résonner sur les vitraux, du cercueil de Geneviève à celui de Napoléon, reposant quelques mètres plus loin, dans le Dôme ! Une cérémonie plus qu’exceptionnelle, de part sa teneur militaire qui fut celle d’une cérémonie nationale. Un concours de circonstance exceptionnel,  extraordinaire pour ne dire incroyable.

Sa fille Catherine et son gendre se sont montrés formidables à mon égard, si tu savais. Quelle fierté d’avoir représenté la FNAPOG du Doubs… »

NEO jeune adhérent de 17 ans de la délégation du Doubs

 

 

(Passez votre souris sur l’image et cliquez pour lancer le diaporama)

Le testament de Geneviève Litt que nous avons fait paraître sur notre Portail “Pupille & Orphelin”

Une pensée pour Geneviève LITT

Geneviève est blessée le jour de la libération de la ville de Besancon et l’hommage qui lui est rendue aux Invalides est le jour anniversaire de la libération de Paris

Monsieur le Président de la République

 Vous avez sans nul doute salué Geneviève LITT, une grande Dame, la doyenne de la Fédération Autonome des  Pupilles de la Nation et Orphelins de Guerre, délégation du DOUBS.

Nous sommes « les passeurs de Mémoire », ceux dont les Pères/Mères ont payé de leur vie la Liberté de notre Nation !

Aux côtés de Geneviève nous demandons reconnaissance de leur sacrifice, réparation du préjudice de note Enfance , nous vous demandons une vieillesse apaisée et résiliante.

Pour vous Monsieur le Président, voici le récit que livre notre Amie de la terrible bataille qui a eu lieu lors de la Libération de Besançon et qui marquera à jamais le destin de Geneviève

Vous avez le pouvoir de mettre fin à l’inégalité de traitement dont nous sommes victimes et ce serait un grand honneur pour l’histoire de notre Pays que par modification de la loi Clémenceau de 1917, instaurant le statut de Pupilles de la Nation et par modification de cette loi , vous soyez le Président de la République qui reconnaisse le sacrifice de tous ceux qui ont perdu la vie pour cette paix si chèrement acquise , cette paix qui vacille et que vous défendez vaillamment dans l’Union Européenne dont vous assumerez la Présidence le 1er janvier 2022

Cette bataille qui fit rage pendant 4 jours à Besançon durant laquelle  Américains et FFI durent traverser le Doubs à pied, le principal pont d’accès ayant été détruit, ce carnage qui fit plus de 400 morts dont une cinquantaine de civils, Geneviève en porte les stigmates dans sa chair et dans son coeur!

Je vous livre un extrait de la lettre par laquelle elle demande réparation , comme nous tous “Oubliés de l’histoire”, dans le dossier transmis à l’ONAC VG de Caen le 1er décembre 2008.

Nous vivions l’ultime attente de la Libération, où la crainte dominait, où le spectre de la guerre se précipitait. C’était affreux! Nous entendions siffler les balles et …..éclater les obus.
Et puis, l’espace d’une seconde tout a chaviré, les ponts sautèrent, les allemands fuyaient en troupe, la terreur s’installait…… Il fallait vite sortir , se cacher, NON, il fallait encore attendre, mais attendre quoi??
IL a fallu le dernier obus pour comprendre   que l’on a attendu  <  LA MORT  > avant d’atteindre notre cachette!
Elle était au rendez vous puisqu’à la libération de mon petit village, voisin de Besançon,       le 10 septembre 1944, à 4 heures  du matin, mon Père a été décapité sous nos yeux par le dernier obus américain  qui  m’a également  broyé les jambes, et arrachée au bonheur de vivre, dans le tourbillon d’une étincelle géante dont j’ai perçu le souffle brûlant et …..l’inoubliable odeur.

Je suis classée dans le camp des Victimes de guerre, je suis Pupille de la Nation, je suis orpheline, avec l’inguérissable blessure de la mort de mon Père, lui le vainqueur de 14-18, décoré de la croix de guerre avec étoile de Vermeil.
Il n’avait que 54 ans , il laissait 5 orphelins”

Geneviève touchera une pension d’invalidité, elle a perdu l’usage de ses deux jambes, sa Mère ne bénéficiera pas d’une pension de veuve civile car elle payait des impôts!!!!

Femme droite, d’honneur et de conviction, Geneviève , titulaire de la carte des plus grands Invalides de guerre,  Membre de l’Ordre National du Mérite en 1982,  a été décorée par le Président Hollande dans l’Ordre de la Légion d’Honneur le 17 juin 2017, aux Invalides.

Un Père Mort pour la France, Pupille de la Nation, Orpheline de Guerre, voilà les titres que Geneviève portent au plus profond d’elle même, ce que nous portons avec elle, et avec elle, nous continuerons à dire à l’Etat Français,

Rendez-nous JUSTICE.

 Christiane Dormois

Prèsidente de la Fédération Autonome des Pupilles de la Nation et Orphelins de Guerre de la délégation du Doubs
Vice Présiente Nationale

Cérémonie avec arrivée et départ du cercueil. Notons, après cette bouleversante messe, l’oraison du Général de Saint Chamas, Gouverneur des Invalides. Mais avant tout, la présence la plus émouvante était celle de l’ordre de Malte, ainsi que celle de ses infirmiers qui l’ont accompagné des années durant…
Néo

(Passez votre souris sur l’image et cliquez pour lancer le diaporama)