Sur l’obtention d’une réparation:

Ouvrir le dialogue avec les Ministères et les parlementaires concernés afin d’élaborer une proposition de réparation pour les Pupilles de la Nation et les Orphelins de guerre qui n’ont pu être pris en compte dans le cadre des décrets de 2000 et 2004.

Cette concertation  aurait pour fondement  la restitution de la “Dette”, telle que voulue par Georges Clémenceau, sous forme de rente vieillesse dont les contours et modalités pourraient être envisagées lors de ce dialogue, et serait sans impact financier sur le budget de l’Etat!

Elle permettrait de clarifier l’estimation du nombre de pupilles et orphelins concernés.

Sur la base  d’une étude publiée par une commission de travail de l’ONAC VG en date du 19 février  2011, présidée par Monsieur le Préfet Rémy ENFRUN, alors Directeur de l’ONACVG, sachant que bon nombre d’entre nos camarades sont décédés depuis, il serait possible d’effectuer une simulation plausible des futurs bénéficiaires de cette rente!

Cette reconnaissance aurait valeur de symbole, atténuerait la précarité de bon nombre d’entre nous dans une période ou ” vieillir” devient un poids pour les familles qui ont donné l’un des leurs à la Patrie, au nom de la Liberté!

 

Accès à l’entrée dans les écoles militaires pour nos petits enfants et futurs petits enfants

Bon nombre de lycées militaires ont restreint les conditions d’admissions, lors de la classe de seconde, et établi des catégories de bénéficiaires!

Si les Pupilles de la Nation dont les Parents décèdent en opérations extérieures y sont admis, nos enfants, nos petits enfants ne font pas partie de ces catégories! L’exemple du lycée d’AIX en Provence le démontre!

Nous, Pupilles de la Nation, Orphelins de guerre demandons que cette admission leur soit accordée de plein droit, avec la notion de résultats scolaires adaptés.

 

Devoir de Mémoire

Ce sont à nos descendants qu’il appartiendra désormais de faire vivre la Mémoire de ces valeureux Disparus, car notre génération s’éteint et parfois notre propre mémoire nous fait défaut.

Nous sommes de toutes les cérémonies mémorielles, nous dialoguons sur le terrain avec les Personnalités influentes et témoignons de leur vie, de ce que fut notre vie après leur Mort, mais nous disons aussi leur courage, notre fierté de savoir que grâce à eux, la France est Libre, au prix de leur sang et de nos larmes!

Nous sommes aux côtés des enseignants pour illustrer ce que fut cette partie de notre histoire, ces enseignants qui nous disent que parmi des élèves de quatrième, plus de la moitié d’entre eux ne savent pas que des guerres ont eu lieu!

Exiger que dans les livres d’Histoire scolaires il soit fait plus référence à cette deuxième Guerre Mondiale…expliquer le statut des « INCORPORÉS DE FORCE d’ALSACE-MOSELLE, l’Annexion de Fait de ces trois départements, afin que tout le monde sache pourquoi ils ont dû endosser l’uniforme allemand , se battre contre leur pays, afin que le reste du pays, de notre France, ne les traite plus, ne nous traite plus, de « Sales Boches ou Casques à pointe » !

Le centenaire de la Première Guerre Mondiale a été une réussite, mais elle est loin cette guerre…c’est maintenant les plus récentes dont il faut parler…

Nos Enfants nous soutiennent, ils sont au pied des monuments aux Morts, désormais ce sont à nos petits-enfants que nous léguons ce devoir, ils devront le transmettre de générations en générations !

 

Novembre 2018

FNAPOG
2 Allée des Raisins
11160 – Caunes-Minervois
Tél : 04 68 78 08 06