FNAPOG MOBILISATIONS

Agissons pour une juste réparation

Ils ont fait preuve d’engagements

Ils méritent bien nos encouragements

Voir nos soutiens – cliquez

 

Octobre 2019

Mesdames, Messieurs les élus de la Nation

Tout d’abord, nous tenons à remercier au nom des Pupilles de la Nation, des Orphelins de Guerre, les 80 sénateurs qui ont co-signé la Proposition de Loi déposée au Sénat pour le Recensement des Pupilles de la Nation: Texte n° 678 (2018-2019) de MM. Cédric PERRIN, Michel RAISON, Jean-François LONGEOT et plusieurs de leurs collègues, déposée au Sénat le 17 juillet 2019.

Ainsi que tous les députés nationaux et européens, maires et Présidents de Région, qui soutiennent cette reconnaissance par la voie d’un recensement. 

En tout, vous êtes plus de 200 merci !

En noir le texte, la réponse en bleu et en italique concernant les commentaires de la FNAPOG. Nous avons une vingtaine de réponses qui sont exactement identiques.

Question écrite n° 10960 de Mme Maryse Carrère (Hautes-Pyrénées – RDSE)

publiée dans le JO Sénat du 20/06/2019 – page 3149

Mme Maryse Carrère attire l’attention de Mme la secrétaire d’État, auprès de la ministre des armées, sur la situation des pupilles de la Nation et orphelins de guerre exclus des mesures fixées par les décrets n° 2000-657 du 13 juillet 2000 et n° 2004-751 du 27 juillet 2004 qui ne concernent que les orphelins dont les parents ont été victimes de persécutions antisémites ou dont les parents ont été victimes d’actes de barbarie durant la Deuxième Guerre mondiale. Ces pupilles, dont les parents sont morts pour faits de guerre, subissent une exclusion choquante au regard du sacrifice effectué par leurs parents pour notre pays, sanctuarisé par une reconnaissance apparaissant sous la mention marginale portée sur les registres d’état civil de « mort pour la France ». Aussi, elle lui demande si l’État va s’engager à prendre les mesures nécessaires afin que ces pupilles et orphelins soient intégrées dans la communauté de ceux envers lesquels particulièrement la nation sait se montrer reconnaissante pour leur sacrifice. Elle lui demande également si le ministère des armées accédera à la requête des associations représentatives consistant en un recensement de l’ensemble des pupilles et orphelins.

Réponse du Secrétariat d’État auprès de la ministre des armées publiée dans le JO Sénat du 26/09/2019 – page 4892

La mise en œuvre d’un recensement exhaustif des pupilles de la Nation et des orphelins de guerre encore vivants supposerait la mobilisation de moyens importants et poserait des questions de confidentialité des données,

Tout l’art technocratique d’expliquer comment se passer de ce que l’on demande.

La mobilisation de moyens importants !

C’est volontairement occulté la révolution numérique.
Pour organiser ce recensement il faut créer un formulaire d’inscription disponible au téléchargement en ligne sur le site de l’ONAC-VG, demander le relais des Mairies et des maisons de retraite.

Le Pupille de la Nation l’imprime ou le fait imprimer, puis le remplit au stylo à bille noire, il le renvoie à une adresse postale, accompagné d’une photocopie de sa carte de Pupille de la Nation ou l’extrait de jugement.

Il existe communément des logiciels d’OCR (Reconnaissance optique de caractères), il suffit alors de scanner le formulaire et la carte et tout est informatisé !

Avec 2.2 milliards d’€ de budget, quelques heures par mois d’un fonctionnaire à scanner des documents ne représentent aucune mobilisation de moyens importants.

Question de confidentialité des données !
En voilà une belle fausse barbe, la RGPD et la CNIL ne trouvent rien à redire pour un recensement dans la mesure où les données ne sont jamais publiées nominativement.

 

alors même que plusieurs estimations ont été faites, en 1998, 2007 et 2014, sur la base notamment des pensions d’orphelins accordées par la sous-direction des pensions du ministère des armées.

 

1998 le rapport Dechartre

2007 le rapport Audouin

2014 le Rapport du Secrétaire Général des Armées

 Cliquez sur le titre pour télécharger.

 Toutes ces estimations sont basées au départ sur un seul chiffre réel, le nombre de Pupilles de la Nation généré par le 1er conflit mondial à savoir 1 million.

 Evidemment quand on fait des estimations d’estimations les résultats sont à prendre avec la plus extrême circonspection.

 En effet nous serions encore  en 2018200 000 Pupilles de la Nation vivants d’après l’estimation de 2014.

 La Fnapog a réalisé 2 estimations :

 Celle basée sur l’étude du Conseil Général 37 qui donne un résultat de 31 000 survivants (téléchargement cliquez) et l’autre sur la table de mortalité de l’Ined qui donne 47 000 (téléchargement cliquez).

  Dès lors, un tel recensement ne semble ni nécessaire, ni opportun.

 Dès lors un tel recensement est urgentissime. En effet, comment garantir le lien qui unit la Nation à ceux dont les parents sont morts pour elle ?

Ceci ne semble pas représenter un quelconque intérêt pour un Etat qui cependant multiplie commémorations et gestes de reconnaissance envers les générations des anciens supplétifs de l’armée française.

Par ailleurs, il convient de rappeler que les pupilles de la Nation et les orphelins de guerre sont des ressortissants de l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre (ONACVG) et qu’ils peuvent à ce titre bénéficier de son accompagnement et de son soutien, y compris financier, en cas de difficulté.

Un Pupille de la Nation insulinodépendant sans abri dans le Var en juillet 2019 a droit à l’assistance de la Nation qui l’a adopté : C’est le devoir de l’Etat !

 Pas d’aide, pas de solution, seul le délégué Fnapog l’a aidé et l’aide encore.

 La plus élémentaire « égalité républicaine » voudrait que tout le monde ait la même aide sans discrimination. La FRANCE a adopté  la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen en 1789!

 Or, en juillet 2019, dans le Var, c’est-à-dire, au même moment et dans le même lieu pour « Trente-cinq jeunes migrants hébergés depuis début juillet dans un hôtel de Fréjus » une solution a pu être trouvée !

 Pourquoi ne pas créer une cellule d’aide d’urgence pour les cas extrêmes, à la limite de la déchéance, avec prise en charge immédiate d’une solution de logement, de nourriture et de soins.

 Comme pour les migrants, l’Etat Français n’a pas le droit d’abandonner à la rue ses enfants Pupilles de la Nation ou Orphelins de guerre.

 Avec l’aide d’un recensement, les associations pourront tirer les sonnettes d’alarme pour éviter les drames.

L’Office, notamment grâce à son réseau de services de proximité est en capacité de leur apporter aide et assistance. L’Office est ainsi venu en aide en 2018 à près de 900 pupilles de la Nation et orphelins de guerre mineurs et 1500 pupilles et orphelins majeurs. Près de 5 millions d’euros de son budget d’action sociale leur ont été consacrés. S’agissant de l’indemnisation mise en place par les décrets n° 2000-657 du 13 juillet 2000 instituant une mesure de réparation pour les orphelins dont les parents ont été victimes de persécutions antisémites et n° 2004-751 du 27 juillet 2004 instituant une aide financière en reconnaissance des souffrances endurées par les orphelins dont les parents ont été victimes d’actes de barbarie durant la Deuxième Guerre mondiale, celle-ci est plus particulièrement destinée aux victimes de la barbarie nazie. Elle renvoie à une douleur tout à fait spécifique, celle d’avoir perdu un père ou une mère, ou parfois les deux, dans un camp d’extermination. C’est en effet le caractère hors normes d’extrême barbarie propre à ces disparitions spécifiques à la Seconde Guerre mondiale, le traumatisme dépassant le strict cadre d’un conflit entre États, ainsi que la complicité du régime de Vichy, comme l’a rappelé le président de la République, qui sont à l’origine de ce dispositif réservé aux enfants dont les parents, résistants ou ayant fait l’objet de persécutions antisémites ou raciales, incarnant des martyrs, sont décédés en déportation ou ont été exécutés dans les circonstances définies aux articles L. 342-3 et L. 343-5 du code des pensions militaires d’invalidité et des victimes de guerre. Ce dispositif, qui traduit une certaine responsabilité de l’État français, doit rester fidèle à sa justification essentielle qui est de consacrer solennellement le souvenir des victimes de la barbarie nazie, à travers leurs enfants mineurs au moment des faits. Le Gouvernement entend maintenir cette spécificité pour ne pas porter atteinte à la cohérence de ces décrets. Pour les mêmes motifs, la création d’un fonds de solidarité alimenté par une fraction des gains distribués par la Française des jeux n’est pas envisagée.

 

Vous nous parlez constamment de la douleur particulière des enfants dont les parents sont morts en camp d’extermination (décret de l’année 2000), puis de la douleur ressenti par les enfants dont les parents sont morts en camps de concentration suite à des tortures car ils étaient résistants (décret de l’année 2004), mais vous considérez que les autres orphelins dont les parents sont morts pour la Libération de la France ou autres conflits n’ont absolument pas souffert et qu’ils ont eu une vie égale à tous les autres enfants !!! Vous nous dites que nous avons reçu une indemnisation mensuelle jusqu’à notre majorité qui était à cette époque à 21 ans. La majorité de ces orphelins ont commencé à travailler dès l’âge de 14/15 ans, alors qu’est devenue l’indemnisation puisqu’ils étaient déclarés officiellement et obligatoirement pour leur travail ?

Mais revenons sur les décrets de 2000 et 2004 !!!  Les pupilles de la Nation et Orphelins de Guerre touchent depuis 2000 et 2004 une indemnisation et vont continuer jusqu’à la fin de leur vie !!!

De 2000 et 2004 à nos jours, cela fait déjà une indemnisation de 20 ans et 16 ans !!!! (le même temps que les aides attribuées par l’Etat pour les enfants déclarés Pupilles de la Nation et Orphelins de Guerre.

La douleur intérieure éprouvée par chaque enfant Pupille de la Nation et orphelin de guerre est ABSOLUMENT la même.

La Médecine, corps dont vous êtes issue madame La Secrétaire d’Etat, reconnaît le stress post traumatique, évalue la perte d’espérance de vie de notre génération! Plus encore, mesure le choc prénatal, lorsque nos Mères étaient enceintes lors du décès de leurs époux.

Une de vos éminentes collègues, Pédiatre, de l’hôpital Lenval de Nice, sous l’égide de la Fondation de France souhaite poursuivre les recherches entreprises par Olivier Todd et son équipe !

Seriez-vous d’un avis opposé ?

Alors revenons-en au fait : pour ceux abandonnés par l’Etat, âgés actuellement entre 70 et 95 ans, ils n’auront perçu qu’une infime partie de reconnaissance pécuniaire par la France !!! Si on peut qualifier cela de reconnaissance !

Vous nous parlez de l’ONACVG !!!! Combien de Pupilles de la Nation et Orphelins de Guerre des 4 grands conflits ont obtenu des aides ???? Combien connaissent l’existence de l’ONACVG ? En parlez-vous dans les médias afin d’informer les pupilles n’appartenant à aucune association, comment se faire aider ?

Madame la Secrétaire d’Etat, vous êtes Présidente de ce Service Public, il serait opportun de créer un service de communication!!!!

Nous ne demandons pas de revenir sur les décrets 2000 et 2004, mais, vu notre âge nous demandons au Gouvernement de reconsidérer nos demandes et de nous aider en créant un système de réparations  pour les Abandonnés de l’Histoire, spoliés depuis leur naissance et plus particulièrement lors de la nationalisation de LA DETTE par l’état français, en tant que Pupilles de la Nation et Orphelins de Guerre, reconnus par la France, ADOPTÉS par la Nation, nous accordant une indemnisation nous permettant d’améliorer un peu notre fin de vie.

Les Anciens Combattants disparaissent, l’aide accordée par l’Etat est devenue supérieure aux sommes attribuées aux AC, pourquoi ne pas utiliser cette somme pour les « abandonnés » de l’Histoire en l’incluant dans le budget les concernant.

Nos Pères soldats, combattants ou militaires, tués sous les bombardements, ou morts de maladies contractées au Service de la Nation, s’ils étaient restés en vie auraient bénéficié de la retraite des Anciens Combattants !!!!!!

 

 

Septembre 2019

Cliquez sur l’image

 

Une Proposition de Loi déposée au Sénat pour le Recensement des Pupilles de la Nation

Texte n° 678 (2018-2019) de MM. Cédric PERRINMichel RAISONJean-François LONGEOT et plusieurs de leurs collègues, déposé au Sénat le 17 juillet 2019 – exposé des motifs

En voici le contenu :

EXPOSÉ DES MOTIFS

Mesdames, Messieurs,

Aucun recensement nominatif des enfants dont les pères ou les mères sont morts durant les derniers conflits n’a été réalisé. Si plusieurs estimations ont été faites ces dernières années sur la base des pensions d’orphelins accordés par la sous-direction des pensions du ministère des armées, elles sont manifestement lacunaires et a fortiori non satisfaisantes.

La mise en œuvre d’un recensement exhaustif des pupilles de la Nation et des orphelins de guerre encore vivants s’inscrit dans le devoir de mémoire et de reconnaissance que nous devons à tous les « Morts pour la Patrie ».

Cette proposition de loi consacre ce recensement et accorde ainsi une juste et égale reconnaissance à toutes les familles, en minimisant le risque d’oubli d’enfants.

 

Mesdames et Messieurs les Sénateurs

Chers élus

Vous avez le pouvoir d’apporter votre soutien à cette courageuse action de Messieurs Cédric Perrin, Michel Raison et Jean-François Longeot

Associez votre nom à la demande de vos collègues qui ont déjà signé.

Par MM. Cédric PERRIN, Michel RAISON, Jean-François LONGEOT, Serge BABARY, Philippe BAS, Jérôme BASCHER, Mmes Annick BILLON, Christine BONFANTI-DOSSAT, M. Max BRISSON, Mme Marie-Thérèse BRUGUIÈRE, M. Olivier CADIC, Mme Agnès CANAYER, M. Pierre CHARON, Mme Marie-Christine CHAUVIN, MM. Édouard COURTIAL, Marc-Philippe DAUBRESSE, Mmes Annie DELMONT-KOROPOULIS, Jacky DEROMEDI, Chantal DESEYNE, Nassimah DINDAR, Élisabeth DOINEAU, MM. Alain DUFAUT, Laurent DUPLOMB, Mmes Nicole DURANTON, Dominique ESTROSI SASSONE, Jacqueline EUSTACHE-BRINIO, MM. Bernard FOURNIER, Christophe-André FRASSA, Mmes Joëlle GARRIAUD-MAYLAM, Sylvie GOY-CHAVENT, Frédérique GERBAUD, Nathalie GOULET, Pascale GRUNY, MM. Loïc HERVÉ, Alain HOUPERT, Jean-Raymond HUGONET, Jean-François HUSSON, Mmes Corinne IMBERT, Sophie JOISSAINS, MM. Claude KERN, Marc LAMÉNIE, Mmes Élisabeth LAMURE, Florence LASSARADE, MM. Daniel LAURENT, Jean-Pierre LELEUX, Mmes Vivette LOPEZ, Viviane MALET, M. Hervé MAUREY, Mme Marie MERCIER, M. Jean-Pierre MOGA, Mme Patricia MORHET-RICHAUD, MM. Jean-Marie MORISSET, Philippe MOUILLER, Mme Sylviane NOËL, MM. Olivier PACCAUD, Cyril PELLEVAT, Robert del PICCHIA, Stéphane PIEDNOIR, Jackie PIERRE, Rémy POINTEREAU, Christophe PRIOU, Mmes Frédérique PUISSAT, Françoise RAMOND, M. Jean-François RAPIN, Mme Évelyne RENAUD-GARABEDIAN, MM. Charles REVET, Hugues SAURY, René-Paul SAVARY, Bruno SIDO, Jean SOL, Michel VASPART, Mmes Sylvie VERMEILLET et Michèle VULLIEN,

 

Vous êtes les élus de la Nation.

Nos parents ne sont pas morts pour tel ou tel parti politique, ils sont morts contre leur gré pour que vive la démocratie dont vous êtes aujourd’hui les dignes représentants.

Vous avez la possibilité à travers cette proposition de faire plier cette technostructure inhumaine et paralysante qui refuse de nous accorder cette simple reconnaissance.

Sommes-nous Pupilles de la Nation un reliquat de vagues statistiques ou des êtres de chair et de sang connus nominativement ?

 

C’est à vous de décider

 

Nous comptons sur vous

 

 

Anne Chalons

 

Présidente Nationale FNAPOG

 

 

 Téléchargez ce couurier au format PDF – cliquez 

 

 

Siège social de la Fédération Nationale Autonome Pupilles de la Nation Orphelins de Guerre

2, Allée des Raisins – 11160 – CAUNES MINERVOIS (Aude)

Siret : 844 615 658 000 1 Siren : 844 615 658

Tél : 04 68 78 08 06 – 06 83 65 11 27

 

Courrier en réponse à Madame La Secrétaire d’Etat Lire le courrier reçu, cliquez

Madame Geneviève DARRIEUSSECQ                                                                                                                            

 Secrétaire d’Etat auprès de la Ministre des Armées

Hôtel de Brienne

14, Rue Saint Dominique

75700 – PARIS – SP 07

 

Dole le 30 août 2019

 

Madame la Secrétaire d’État,

 

Votre réponse datée du 16.08.2019 est, entre autre, la réponse au courrier que j’ai adressé au président de la République, et que l’on vous a communiqué pour gestion.

Ma réponse s’adresse de ce fait, également au Président de la République.

 

Avant tout je sollicite par la présente une rencontre qui pourrait se révéler pour vous, comme pour l’Etat, et pour nous-mêmes positive.

 

Vous assurez « pouvoir me confirmer que l’indemnisation mise en place par les décrets n°2000-657 du 13 juillet 2000 et n°2004-751du 27 juillet 2004 est plus particulièrement destinée aux victimes de l’extrême barbarie nazie » c’est régulièrement le même leitmotiv de votre secrétariat d’état pour ces deux décrets.

Cette réponse, amène une interrogation. Qu’entend-t-on par « extrême barbarie»?? Il existerait donc des degrés dans la barbarie ????

S’il n’y a pas de clause de confidentialité, je serais fort aise d’avoir connaissance de cette grille de  classement.

 

Vous soulignez « le caractère particulièrement insoutenable propre à ces disparitions spécifiques à la seconde guerre mondiale » à savoir les camps d’extermination. 

Ce caractère non soutenable, non justifié, non  supportable, non tolérable, la France de Vichy en a eu la lourde

responsabilité et l’Etat français avait un devoir de réparation envers les enfants qui étaient revenus ou avaient

été protégés par des justes, sur le territoire national. C’est le décret de 2000.

Nous ne contestons pas cette mesure spécifique antisémite et raciale. Elle est la juste réparation de la faute de l’État.

La mesure devrait être « réservée aux enfants dont les parents résistants, sont morts en déportation » dans un camp d’extermination   tous ces enfants peuvent entrer dans le cadre du décret de 2000.

 

Pour nous, les deux décrets ne doivent pas être étudiés sur le même plan, comme dans votre courrier.

 

Le décret de 2004 est propre à des «disparitions spécifiques à la seconde guerre mondiale, le traumatisme dépassant le strict cadre d’un conflit entre états, qui est à l’origine de ce dispositif réservé aux enfants dont les parents résistants sont décédés……. » dites-vous …

Entrent donc, dans ce décret, tous les résistants décédés de façon qualifiée de «barbare » après tortures et sévices divers ….quels sont les critères de la  barbarie spécifique au conflit 1939/1945 ???

 

Nous contestons l’interprétation qui est faite par vos services,  pour faire entrer les enfants dans une case centrée sur la détermination des causes de l’état de victime, plutôt que sur les enfants victimes innocentes de la folie des hommes et qui sont pourtant au cœur du dossier.

Nous avons demandé que ne soient plus évoqués ces deux décrets qui ne concernent que la deuxième guerre mondiale,  afin de trouver une solution juste à notre demande.

 

Avez-vous Madame, connaissance des conditions de détention et de mort « barbares » dans les camps,  pendant le conflit d’Indochine… ??

Avez-vous connaissance des actes « barbares » qui ont émaillé le conflit (maintien de l’ordre) et l’incarcération des prisonniers en Afrique du Nord … ??

 

La barbarie n’est pas le propre de la seconde guerre mondiale, toutes ces guerres ont eu  leur part de barbarie. Celle-ci ne peut pas être graduée, mais elle a existé… et dans chaque camp…!!

 

La seule différence ne peut se mesurer, qu’avec comme objet «  l’extermination d’un peuple »  décret de 2000.

 

Vous m’informez avoir fait, sur des estimations en 1998, 2007, 2014 une évaluation du nombre des orphelins encore en vie sur la base des pensions accordées …. !!! Donnez-nous ce chiffre !

 

La dernière évaluation a 5 ans,  nous avons en moyenne 80 ans …la mortalité moyenne à cet âge est de 5 %

 

Si vous comptabilisez le nombre de dossiers reçus  qui n’entrent pas dans les 2 décrets d’indemnisation, vous aurez le nombre d’orphelins, très proche de la réalité.

 

En appliquant le taux de mortalité moyen de 5 % par an, vous aurez les orphelins restant à indemniser.

Dans ce cas il n’y a pas  de risque d’atteinte à la confidentialité des données…..

 

J’ai cru noter avec regret dans votre courrier, pour le Président de la République, que la réponse à notre demande c’est « NON », sans discussion ni concertation  ….. !!!

 

Les  Pupilles de la Nation Orphelins de Guerre sauront s’en souvenir.

 

J’espère pourtant me tromper et je veux penser qu’il peut y avoir un malentendu.

Nous assistons à un regain de patriotisme dans la population et celle-ci ne comprendrait pas un veto sans concertation

Nos valeurs patriotiques à l’attachement à la République, qu’incarnent au plus haut niveau les enfants des « Morts pour la France » que je représente, sont douloureusement réveillées par votre négation ….

 

Il y a eu faute de l’État et en droit elle doit être réparée de façon juste, en respectant la devise de l’article 2 de notre Constitution « ÉGALITE »

 

Madame la secrétaire d’Etat, vous êtes sur tous les fronts pour les 75èmes anniversaires des différentes commémorations, ce qui démontre bien que vous êtes attachée à cette mémoire, alors pour quelle raison nous écarter de cette reconnaissance ?

 

Avec l’espoir que cette réponse que j’adresse pour information au Premier Ministre, à la Ministre des armées ainsi qu’aux membres de notre association retiendra toute votre attention et que vous accepterez d’avoir avec nous un entretien approfondi.

 

Je vous prie d’agréer  Madame la Secrétaire d’État, l’expression de ma haute considération.

 

 

Anne CHALONS

 

 

Siège social de la Fédération Nationale Autonome Pupilles de la Nation Orphelins de Guerre

2, Allée des Raisins – 11160 – CAUNES MINERVOIS (Aude)

Siret : 844 615 658 000 1 Siren : 844 615 658

Tél : 04 68 78 08 06 – 06 83 65 11 27

Téléchargez la réponse au format PDF

Août 2019

Courrier de la Présidente Nationale à tous les sénateurs

Madame la Sénatrice, Monsieur le Sénateur,

 

Depuis 15 ans, je fais appel à vous  comme Sénatrice, Sénateur, représentant les Grands Electeurs, en ma qualité de Présidente Nationale de la Fédération Nationale Autonome des Pupilles de la Nation et des Orphelins de Guerre, pour vous demander d’intervenir, pour que cesse l’injustice qui nous frappe.

 

Même si vous nous avez déclaré votre soutien à plusieurs reprises, et parfois intervenez, nos camarade s’étonnent de  constater le silence de leurs élus ou voient que les bons sentiments exprimés ne suffisent pas.

Les pupilles de la nation orphelins de guerre dont le père ou la mère, parfois les deux, reconnus « Morts pour la France », ont besoin d’une forte implication pour que la reconnaissance, prévue dans le droit à réparation qui leur est dû depuis 1916, et qui n’est pas appliqué, sauf pour certains d’entre eux.(décrets 2000-657 et 2004 -751 des 13 et 27 juillet ) le soit aussi pour eux et leur garantisse une reconnaissance, à la hauteur de la douleur réveillée par cette inacceptable injustice .

 

Quant on meurt pour la France, et que l’enfant est pupille de la nation, tout devrait être dit, or pour justifier la barbarie nazie on a évoqué la notion de martyrs. Pour les attentats, ce sont des victimes innocentes qui sont aussi qualifiées de martyrs … !!!

Nos pères sont à la fois MARTYRS et HÉROS puisqu’ils ont accompli un acte positif individuel pour leur pays.

Depuis 15 ans nous souhaitons une reconnaissance équitable, déconnectée des décrets (2000 et 2004).

Nous avons fait des propositions valables et indolores pour l’État (la parution d’un texte sur les bénéficiaires de la Française des jeux). Nous demandons un recensement, pour balayer le fallacieux prétexte financier de

2 milliards annoncé par la secrétaire d’Etat.

A UN MOMENT DONNÉ IL FAUT QUE L’ON SOIT ÉCOUTÉ. L’Argent encore et  toujours l’argent…!     Nous souhaiterions savoir comment sont utilisées les sommes récupérées suite à la disparition exponentielle des veuves de guerres, des anciens combattants et des orphelins les plus âgés (nous avons en moyenne 80 ans) et les 22,5 millions non utilisés au budget des anciens combattants….

Nous voulons que ces crédits soient affectés à la reconnaissance de l’État et par de là les enfants.

Il ne nous est pas possible, sauf à nous renier, de ne pas demander la reconnaissance et la réparation de notre douleur. 

Vous avez, par votre mandat, l’occasion, sur la base d’une lettre circonstanciée d’être à l’origine d’une énième question écrite, ou d’une PPL., de demander un examen sous forme de question orale, vous pouvez aussi rejoindre des actions communes comme celle d’un groupe de sénateurs de Franche-Comté, lesquels nous accompagnent. Ces derniers mois, le sénateur LONGEOT a multiplié ses interventions et courrier au Président de la République afin que nous obtenions cette reconnaissance, et avec  les sénateurs PERRIN et RAISON nous pensons voir se concrétiser notre demande de recensement.

 

Vous pouvez et vous devez faire plier la citadelle technocratique du pouvoir. C’est votre mandat pour que les devoirs d’égalité et de justice prévus par l’art 2 de la constitution soient appliqués.

Prouvez à nos concitoyens, que le sénat est à l’écoute de la population et qu’il saura faire aboutir cette  juste revendication.

 

Madame la Sénatrice Monsieur le Sénateur, soyez assuré de ma parfaite considération.

 

Anne CHALONS

Siège social de la Fédération Nationale Autonome Pupilles de la Nation Orphelins de Guerre
2, Allée des Raisins – 11160 – CAUNES MINERVOIS (Aude)
Siret : 844 615 658 000 1 Siren : 844 615 658
Tél : 04 68 78 08 06 – 06 83 65 11 27
secretariat@fnapog.fr    www.fnapog.fr

 Téléchargez le courrier au format PDF – Cliquez

Courrier de la Présidente Nationale à tous les députés

Madame La Députée, Monsieur  le Député,

Depuis de nombreuses années, je fais appel à vous  comme  député (e) de votre circonscription, et comme je le fais aujourd’hui à l’assemblée Nationale au titre de présidente nationale de la FédérationNationale Autonome des Pupilles de la Nation et des  Orphelins de Guerre, pour vous demander d’intervenir, pour que cesse l’injustice qui nous frappe.

Même si vous nous avez déclaré votre soutien à plusieurs reprises, nous constatons que les bons sentiments ne suffisent pas.

Localement nos membres s’étonnent, lorsqu’ils constatent le silence de leurs député (e)s….

Ils ne comprennent pas, étant donné  que vous avez l’occasion, sur la base d’une lettre très circonstanciée d’être à l’origine d’une question écrite ou d’une PPL, voire d’une demande d’examen sous forme d’une question orale à l’image de certains de vos confrères d’autres circonscriptions.

 Les pupilles de la Nation et les orphelins de guerre dont les parents « MORTS pour la FRANCE » ont besoin d’une implication forte de votre part, pour que la reconnaissance prévue par le droit à réparation, appliquée à certains, le soit pour eux  et leur garantisse une reconnaissance à la hauteur de leur douleur.

Cette demande de reconnaissance se fonde sur la douleur….une douleur enfouie par la force du temps, mais réveillée, vous le savez, par les décrets de 2000 et 2004 qui ont créé l’inacceptable injustice entre les enfants de ceux qui sont « Mort pour la France ». Cette mention n’a pas été attribuée à la légère.

Une enquête a eu lieu, et parallèlement une instruction ouverte par le tribunal civil a permis ou non l’attribution de la qualité de pupille de la Nation aux enfants.

 Quand on meurt pour la France et que l’enfant est pupille de la Nation tout devrait être dit…or, pour justifier la barbarie nazie, on a invoqué la notion de martyr. Pour les attentats, ce sont desvictimes innocentes qui sont elles aussi qualifiées  de martyrs… !!

Nos pères sont à la fois Martyrs et Héros, puisqu’ils ont accompli un acte positif individuel pour leur pays…

Nous disons depuis 15 ans, que  nous souhaitons une reconnaissance équitable, déconnectée des décrets 2000 et 2004, nous avons fait des propositions indolores pour l’Etat (parution d’un texte sur les bénéficiaires de la Française des jeux)

Nous demandons un recensement pour balayer le prétexte mensonger d’un coût de 2 milliards, annoncé par la secrétaire d’État.

 L’argent, encore et toujours l’argent est mis en avant, nous aimerions que l’on vous dise comment sont utilisées :

-les sommes récupérées suite aux disparitions des Anciens Combattants, des veuves de guerre, et des orphelins les plus âgés. (Ceux qui restent encore ont en moyenne 80 ans),

-les 22,5 millions non utilisés par le budget des Anciens Combattants …….

Nous voulons que ces crédits soient affectés à une reconnaissance équitable du préjudice subi.

Nos parents Martyrs et Héros ont droit, comme les autres martyrs, victimes innocentes de circonstances dues au hasard, de bénéficier de la reconnaissance de l’Etat, et par delà leurs enfants…

 Alors, Mesdames et Messieurs les parlementaires, prouvez aux pupilles de la nation et aux orphelins de guerre, que vous êtes les dignes représentants des justes causes. Ne demeurez pas sourd au cri de vos électeurs …Agissez pour que soit rendue une justice équitable !

Madame la Députée, Monsieur le Député, soyez assuré de ma parfaite considération

 

Anne CHALONS

Siège social de la Fédération Nationale Autonome Pupilles de la Nation Orphelins de Guerre
2, Allée des Raisins – 11160 – CAUNES MINERVOIS (Aude)
Siret : 844 615 658 000 1 Siren : 844 615 658
Tél : 04 68 78 08 06 – 06 83 65 11 27
secretariat@fnapog.fr    www.fnapog.fr

 Téléchargez le courrier au format PDF – Cliquez

Juin 2019

Madame la secrétaire d’État,

 Vos réponses successives aux divers Députés et Sénateurs qui demandaient au Président de la république ou à vous-même un recensement des pupilles de la nation, m’ont toutes  été retransmises.

 Votre réponse, toujours la même, une copie conforme adressée à tous par l’un de vos énarques bien briffé,  impose de ma part une réponse.

Cliquez pour lire

 

 

Mai 2019

Demande de recensement 2019 Interpelée par Mme Muriel JOURDA, sénatrice (du Morbihan – UMP), Geneviève Darrieussecq répond par le mépris et de la désinformation.

Pour l’honneur de nos Morts, je me devais de lui répondre

Elections Européennes 2019 interpellation des listes

 

 

Avril 2019

Mars  2019

Février  2019

Dans le cadre du Grand Débat et pour faire au conseil de madame Darrieussecq, Anne Chalons Présidente Nationale de la Fédération Nationale Autonome de Pupilles de la Nation et Orphelins de Guerre FNAPOG a fait parvenir notre cahier de doléances à tous les ONAC-VG de France.

Pour lire les courriers cliquez ICI

 

Le « Tour de France » de Laurent VAUQUIEZ

Ce dimanche 10 février le Président LR à terminé sa visite des départements à Dole dans le Jura .

La présidente Nationale a pu le rencontrer.

Elle lui a remis, au titre de tous les adhérents de la Fédération Nationale Autonome notre cahier de doléances.

Monsieur VAUQUIEZ s’est montré ouvert et très intéressé par notre association et ses objectifs.

Nos revendications rejoignent la vision des situations que vivent les retraités. Un des sujets qu’il a largement développé dans son intervention.

Il a promis de nous faire une réponse écrite rapidement .

Anne CHALONS

Dans le cadre du Grand Débat et pour faire au conseil de madame Darrieussecq, Anne Chalons Présidente Nationale de la Fédération Nationale Autonome de Pupilles de la Nation et Orphelins de Guerre FNAPOG a fait parvenir notre cahier de doléances à tous les ONAC-VG de France.

Pour lire les courriers cliquez ICI

 

Le « Tour de France » de Laurent VAUQUIEZ

Ce dimanche 10 février le Président LR à terminé sa visite des départements à Dole dans le Jura .

La présidente Nationale a pu le rencontrer.

Elle lui a remis, au titre de tous les adhérents de la Fédération Nationale Autonome notre cahier de doléances.

Monsieur VAUQUIEZ s’est montré ouvert et très intéressé par notre association et ses objectifs.

Nos revendications rejoignent la vision des situations que vivent les retraités. Un des sujets qu’il a largement développé dans son intervention.

Il a promis de nous faire une réponse écrite rapidement .

Anne CHALONS

Janvier  2019

Courrier de Claude Dayon Secrétaire Générale à Madame Geneviève DARRIEUSSECQ

Courrier de la Secrétaire Générale  Claude Dayon à Monsieur le Président de la République 15 janvier 2019

LES GILETS JAUNES « PUPILLES DE LA NATION ET ORPHELINS DE GUERRE » EN COLERE

 

LES GILETS JAUNES « PUPILLES DE LA NATION ET ORPHELINS DE GUERRE » EN COLERE

 

Monsieur le Président de la République,

Nous ne demandons pas votre démission, mais votre écoute, votre attention et votre accord pour enfin obtenir « LA » reconnaissance pécuniaire que nous réclamons. Afin que le mot EGALITE, faisant partie de notre devise, soit enfin respecté.

En tant que Pupille de la Nation, orpheline de Guerre et Secrétaire Générale de la Fédération Autonome Nationale des Pupilles de la Nation et Orphelin de Guerre (FNAPOG) je me permets de vous écrire, suite aux multiples réponses négatives reçues depuis des décennies, de la part des différents Secrétaires d’Etat  des Anciens Combattants auprès des Ministres de la Défense, concernant notre situation et notre demande de reconnaissance.

 

Nous sommes actuellement tous âgés entre 70 et 95 ans, retraités sans aucune aide constante de l’Etat.

Nous avons tout perdu suite à la mort de nos Parents,

Nous nous sommes battus durant toute notre jeunesse contre les affronts et brimades subis par nos camarades à l’école,

Nous avons durant toute notre vie, cherché,  pleuré et réclamé nos parents morts pour la France,

Nous avons souvent été malmenés par nos proches familles qui profitaient de nous et nous critiquaient, (sujet quelquefois tabou pour nos tuteurs qui n’en parlaient jamais même après notre majorité),

Notre soi-disant pension versée par la Nation a bien souvent été détournée par nos « Tuteurs »,

Nous avons travaillés toute notre vie, souvent dès l’âge de 14 ans, afin d’aider nos mères ou pères, frères et sœurs, puis nos enfants qui ne comprennent pas l’attitude de la France,

Nous n’avons jamais rien réclamé aux différents Gouvernements, par dignité et respect,

Nous mourrons, actuellement, dans la plus grande indifférence de l’Etat !!!

 

Nos parents « Morts pour la France » ont combattu pour la Liberté de la France.

 

La France les a envoyés au combat sans leur demander leur accord, ils ont obéi aux ordres, être militaire n’était pas leur métier (comme c’est le cas actuellement), mais ils voulaient une France libre et indépendante et ont combattu et défendu ce droit d’indépendance et de liberté.

 

Cette guerre les a tués, leurs femmes sont devenues Veuves et leurs enfants Orphelins seuls face à la vie !

 

Alors que la France les a envoyés au Front sans demander leur consentement, la France ne veut plus reconnaître les descendants de ces combattants !!!

 

Les Hauts Fonctionnaires de l’Etat n’ont jamais voulu nous reconnaître, Pourquoi ??? Qu’ont-ils contre les Pupilles de la Nation et Orphelins de Guerre, ils s’imaginent que nous avons vécu comme eux !!!  Ils sont bien loin de connaître toute notre souffrance interne et les rejets que nous avons subis…

 

Nous ne voulons plus entendre les réponses officielles telles que :

«  …le dispositif 2000-2004 doit rester fidèle à sa justification essentielle qui est de consacrer solennellement le souvenir des victimes de la barbarie nazie à travers leurs enfants mineurs au moment des faits, mais aussi une certaine responsabilité de l’Etat français. Le maintien de cette spécificité a donc été décidé pour ne pas porter atteinte à la cohérence des décrets et à la dimension symbolique qu’ils représentent….

Ou :

« …cette indemnisation destinée aux victimes  de la barbarie nazie renvoie à une douleur tout à fait particulière, celle d’avoir perdu un père ou une mère, ou parfois les deux, dans un camp d’extermination. En effet, c’est fondamentalement le caractère hors norme d’extrême barbarie propre à ces disparitions spécifiques à la Seconde Guerre mondiale, le traumatisme dépassant le strict cadre d’un conflit entre Etats, ainsi que la complicité du régime de Vichy, comme l’a rappelé le Président de la République, qui sont à l’origine de ce dispositif…

« …enfin comme le prévoit le CPMIVG, tous les orphelins de guerre, pupilles de la Nation sont, quel que soit leur âge, ressortissants de l’ONACVG et peuvent bénéficier, à ce titre, de l’assistance de cet établissement public, dispensée notamment sous la forme d’aides ou de secours en cas de maladie, absence de ressources ou difficultés momentanées… »

 

Nous sommes considérés comme des « Nantis » d’après la phrase de Madame Darrieussecq :

« Je rappelle que les orphelins concernés ont quatre-vingt-cinq ans en moyenne, et que l’ONACVG les a soutenus toute leur vie. Je ne suis pas certaine que leur situation matérielle appelle de nouveaux instruments indemnitaires »

QUELLE HONTE !!!

 

L’ONACVG connaît-il le nombre de Pupilles de la Nation et Orphelins de Guerre ???

A-t-il été vers eux ??? Combien de Pupilles de la Nation ne connaissent pas l’ONACVG ??? Qui peut aider un Pupille de la Nation, si celui-ci n’appartient pas à une association ???

 

Par ces réponses (que je qualifie d’abjectes) nous recevons « en pleine figure » qu’un Pupille de la Nation dont le parent est mort par cause de guerre (responsabilité de l’Etat et non de la Nation) est donc classé selon la souffrance subie…… comme si la souffrance ou la mort pouvait se mesurer !!!!

 

Certes l’ONACVG peut venir en aide aux Pupilles de la Nation lors d’un besoin momentané, mais cette institution ne donne aucune aide constante à un retraité touchant à peine 600 euros de retraite mensuelle !!!

 

Alors OUI on nous a laissés au bord du chemin, on nous fusille petit à petit, sans réfléchir une seconde à l’extrême souffrance de notre jeunesse et qui se ranime à l’âge de notre retraite !!!

 

L’Etat n’est-il pas responsable vis-à-vis de ces soldats partis au front ? Quelle fut leur vie durant ces combats ? Ils ont également subi les atrocités de la barbarie de la guerre et ils sont morts (de quelle façon ??? bien souvent nous l’ignorons !!!)

 

Alors s’il vous plaît ne faites pas de différence entre tous les Pupilles de la Nation et Orphelins de Guerre, concernant la barbarie nazie, le cœur d’un enfant souffre toujours de la même façon.

 

Monsieur le Président, les deux décrets de 2000 et 2004 nous ont enfoncés encore plus  et malheureusement ont ravivés une douleur parfois volontairement enfouie, nous les respectons et ne les critiquons d’aucune façon, mais nous réclamons à voix haute et forte, vu notre âge, une légalisation de la reconnaissance de l’Etat  pour tous les Pupilles de la Nation, Orphelins de Guerre de tous les conflits. Les retraités « gilets jaunes » dont nous faisons partie demandent rapidement  un décret de votre part afin de reconnaître définitivement tous les Pupilles de la Nation et Orphelins de Guerre.

 

Notre devise n’est-elle pas : « LIBERTE-EGALITE-FRATERNITE »

 

 Claude Dayon

Secrétaire Générale 

Fédération Nationale Autonome des Pupilles de la Nation et Orphelins de Guerre

 

Courrier de la Présidente Nationale FNAPOG à Monsieur le Président de la République 9 janvier 2019

Monsieur Le Président de la République
Monsieur Emmanuel Macron
Palais de l’Élysée,
55 rue du Faubourg-Saint-Honoré
75008 Paris, France

 

Dole, le 9 janvier 2019

 

Monsieur le Président,

 

Les Pupilles de la Nation, Orphelins de Guerre, sont aussi des « gilets jaunes”. Ils sont non violents, silencieux, mais pour autant révoltés. Ils sont humiliés par le MEPRIS que les services de l’état manifeste à leur égard.

  • Méprisés, car nos lettres restent souvent sans réponse,
  • Méprisés, car de multiples questions écrites, orales sont rejetées.
  • Méprisés, car manque de suivi des multiples propositions de lois déposées depuis des décennies!

Humiliés, par la graduation de la mort de nos Pères, de leur souffrance, de notre souffrance, mesurée, étiquetée, classée dans des tiroirs par les énarques des ministères concernés.

Humiliés, lorsque ces étiquettes sont exhumées, pour que nos revendications soient examinées.

Au mot près, à la virgule près, les mêmes arguties nous sont opposées depuis des décennies.

Qui a osé parmi ” les Hauts Fonctionnaires, parmi vos Conseillers, reconduire d’année en année cette “grille  de mesure” !!! ???

Vous souhaitez Monsieur le Président, une France Juste et Solidaire. Alors regardez nous, écoutez nous :

  • Parce que nous sommes des retraités âgés.
  • Parce que nous avons vécu et vivons encore dans la misère
  • L’Etat nous doit réparation.
  • C’est un devoir moral pour tous les ressortissants du monde combattant.
  • C’est inscrit dans le marbre comme sont inscrits les noms de nos Pères sur les monuments et dans nos cœurs.
  • Le 14 juillet, vous avez déclaré en faisant référence au sacrifice de ceux qui ont payé de leur vie, pour sauver la France
  • « Ces Français ont des droits sur nous. Ils veulent qu’aucune de nos pensées ne se détourne d’eux, qu’aucun de nos actes ne leur soit étranger. Nous leur devons tout. Sans aucune réserve. »

Des Parlementaires approuvent notre démarche. Ils interpellent Monsieur Darmanin !

Les réponses apportées, sur votre demande, par Madame Darrieussecq, ont rouvert notre plaie…Elle est béante, et fait qu’aujourd’hui, certains crient la détresse de tous.

 Nous sommes nombreux dans la rue avec les retraités ou à arborer ce gilet de la révolte sur notre pare brise et pour vous demander

Honorerez vous la dette de l’ETAT ????

 

Cette réponse, Monsieur le Président, nous l’attendons, las des courriers stéréotypés de vos conseillers répondant en votre nom :

– « Je vous ai entendu »

– « Je demande l’étude de ce dossier à ma Secrétaire d’Etat… »

      – « Monsieur le Président a bien pris en compte votre demande »

–    Pire encore, le Silence !!!!

 

 

Veuillez agréer, Monsieur le Président, l’expression de mon profond respect.

 

Anne CHALONS

 

 

 

Madame Anne CHALONS

Officier de la Légion d’Honneur

Présidente de la Fédération Nationale Autonome des Pupilles de la Nation et Orphelins de Guerre (FNAPOG)

3b Rue Marcel Aymé

39100 DOLE

Edito de la Présidente Nationale
7 janvier 2019

 

 

Promesses !!! Promesses ….. !!!! puis c’est circulez , il n’y a rien à avoir

LE DEVOIR MORAL DE L’ETAT ….. « BAFOUE »

Depuis des années les Pupilles de la nation Orphelins sollicitent les parlementaires de tous bords, dans tout le pays.
Aujourd’hui, il en ont « marre » de toutes les promesses, de tous les « je vous ai compris » … !! ou encore des « nous sommes à vos cotés » !! « nous vous soutenons » etc….etc… .

Tous sont des retraités âgés de 70 à 80 ans. Un certain nombre d’entre eux sont dans les manifestations actuelles certes pacifistes, un plus grand nombre encore, soutiennent le mouvement un gilet sur le pare brise.

Tous ont des pensions de misère, faute d’avoir pu, pendant et après la seconde guerre mondiale bénéficier d’une bonne éducation et de formations à la hauteur du préjudice que leur a causé l’ETAT en guerre, en leur prenant le seul soutien familial,parfois les deux .

Le mouvement social actuel des « Gilets Jaunes » et leur mois de mobilisation,a ouvert les yeux de nombreux pupilles de la nation encore incrédules ou naïfs .

Ils attendent que nos gouvernants actuels comprennent la colère générale.

Ils veulent que le gouvernement prenne conscience, que la souffrance générale c’est aussi l’expression dechaque souffrance, liées à l’injustice et au mépris général.

L’injustice, le mépris, les Pupilles de la Nation Orphelins de guerre le subissent depuis 18 ans. Ils sont favorables à ce mouvement social. Ils sont non violents, mais ils arborent sur leur pare brise ce Gilet symbole. Celui-ci accompagne leur symbole républicain habituel aux trois couleurs .

Pour les Pupilles, Orphelins, l’injustice catégorielle majeure liée à deux décrets qui indemnisent certains d’entre eux, en excluant les autres est injustifiable !

Cette injustice est reconnue et admise par tous les dirigeants. Elle mène souvent à des situations Ubuesques, mais surtout à la consolidation de la misère pour de nombreux Pupilles de la Nation Orphelins retraités !

Depuis 18 ans, les orphelins subissent le mépris de nos gouvernants successifs manipulés par les technocrates

Malgré les promesses de N.SARKOZY, les engagements de F.HOLLANDE, l’invitation de E.MACRON à l’Elysée et son soutien … Malgré les milliers de lettres, les centaines de questions posées aux divers gouvernements, la trentaine de proposition de loi déposées …tout est « resté lettre morte » et sans débat.

La technostructure dit« NON » et, ce sont des insultes à la mémoire de nos parents !!!!!!

Pour ces bureaucrates, le fait de « Mourir pour la France » doit être gradué. Il y a des morts dignes de la reconnaissance de la Nation et d’autres pas.. !

Pour ces fonctionnaires hautement qualifiés !!!, la souffrance d’un Orphelin doit être évaluée en fonction des conditions de la mort de son ou ses parent(s)

La mort était elle : Plus ou Moins Barbare… ! Le mort a été fusillé ou est mort au Champs d’ Honneur… il était Résistant ou Déporté ou Mobilisé et ou Prisonnier, victime civile ou malade !

Selon le cas la douleur de la mort est alors différente pour l’Orphelin ?

Ceux qui affirment cela sont ils des ORPHELINS???

Que savent-ils de cette souffrance pour en juger depuis un bureau administratif ?
Comment ces Orphelins Retraités peuvent -ils faire encore confiance . Ils sont pacifiques mais il ne croient plus dans la parole et dans le pouvoir des élus.

A 80 ans les Pupilles Orphelins pensent avoir payé très cher le rachat de la Patrie.

Ils accompagnent les revendications de tous ces Français pour que soient respectés la LIBERTE, L’EGALITE, et LA FRATERNITE pour tous, mais aussi pour les Pupilles retraités et leur pouvoir d’achat..

Ils ont tant donné à la Patrie.

Que faire, Que dire d’autre, dans un débat lorsque l’on est Pupille et Orphelin ?

Alors que l’EGALITE n’est pas respectée, entre tous les Morts pour la France.

Alors que l’Etat remet en cause l’EGALITE de traitement prévu par le statut de CLEMENCEAU en 1917.

Alors que n’est pas respecté le DROIT A REPARATION instauré dans le statut pour les orphelins

LE DEVOIR MORAL DE L’ETAT ne doit pas être bafoué . IL DOIT ETRE RESPECTE

« CE JOUR LA FLEURIRA LA JUSTICE.. »

 

 

La présidente Nationale Anne CHALONS

presidence@fnapg.fr
www.fnapog.fr

 Télécharger au format PDF

 

 

Lettre ouverte à Madame Darrieussecq

 

Farschviller le 6 janvier 2019

Lettre ouverte à Madame Geneviève DARRIEUSSECQ,

Secrétaire d’Etat auprès de Madame la Ministre des Armées.

 

Voilà une nouvelle année qui s’ouvre à nous : 2019 est là !

Que nous réserve cette année ?

Quels seront les arguments mis en avant pour ne pas accéder à notre indemnisation ?

Deux décrets ont vu le jour le 13 juillet 2000 et le 27 juillet 2004, lesquels ont créé une Injustice inacceptable ! Nous n’emploierons plus le mot « discrimination » puisque celui-ci est contesté.

Le mouvement social actuel m’incite à nouveau à vous interpeler.

Il a fallu près d’un mois de mobilisation, de violence, de casse pour que le gouvernement prenne enfin conscience de la colère de nos concitoyens et admette qu’il était l’expression d’une souffrance, d’un sentiment d’injustice lié à du mépris. Et ce n’est pas terminé…2019 n’a pas apaisé cette colère …

Ceci est également ce que nous ressentons, nous les Orphelins de Guerre, les Pupilles de la Nation, depuis plus de 18 ans… !

1 – L’INJUSTICE

Nous la subissons depuis le premier décret qui a permis l’indemnisation d’une première catégorie d’Orphelins (nous ne la contestons pas !) suivi d’un second décret , laissant sur la route entre autres, les Orphelins de parents résistants volontaires, les Morts au combat, etc…sous prétexte de simples faits de guerre.

 

2 – LE MÉPRIS

Malgré le nombre de lettres aux parlementaires, malgré leurs interventions, malgré leur bon nombre  encore en soutien encore à ce jour à nos côtés, malgré des centaines de questions au gouvernement, malgré 33 propositions de Loi, visant à rétablir l’ÉGALITÉ entre tous les Pupilles et les Orphelins de Guerre de quelque catégorie qu’ils soient : RIEN ! Pas le moindre débat…

  • La promesse de Nicolas SARKOZY (Fax du 23 mai 2007) : Non tenue
  • La promesse de François HOLLANDE (septembre 2006) : Non tenue
  • Réception le 11 novembre 2017 à l’Elysée par le Président Emmanuel MACRON : un ESPOIR ! Bien vite éteint par la communication d’un courrier du chef de cabinet le 18 novembre…
  • Monsieur Jean-Yves LE DRIAN, ministre depuis plusieurs années semble oublier avoir apposé sa signature lors d’une Proposition de Loi nous concernant…
  • Je reproduis ici la question posée par M. Pueyo et la réponse que vous avez apportée :

 

Joaquim Pueyo le 25 juillet 2018 commission de la défense

« Vous avez bien voulu répondre à ma lettre concernant l’indemnisation des orphelins de guerre et des pupilles de la Nation, en me rappelant les termes du décret de 2000 ainsi que ceux du décret de 2004 concernant le droit à indemnisation. Je suis en effet régulièrement sollicité à ce sujet par le président de l’Association nationale des orphelins de guerre, qui vit dans ma circonscription, et qui défend le principe d’une indemnisation après la retraite. Cette demande a été exprimée à tous les gouvernements, depuis plusieurs années, sous la présidence de M. Nicolas Sarkozy puis celle de M. François Hollande. La réponse est toujours la même. Le blocage est-il d’ordre financier ? Avez-vous évalué le coût que pourrait représenter cette mesure ? »

Réponse de Mme Darrieussecq

« Monsieur Pueyo, l’extension à tous les orphelins de guerre du dispositif d’indemnisation des orphelins de victimes de la barbarie nazie, tel qu’il résulte des lois de 2000 et de 2004, aurait un coût compris entre un et deux milliards d’euros. Je rappelle que les orphelins concernés ont quatre-vingt-cinq ans en moyenne, et que l’ONACVG les a soutenus toute leur vie. Je ne suis pas certaine que leur situation matérielle appelle de nouveaux instruments indemnitaires et je crois au contraire qu’il faut conserver toute sa spécificité au dispositif concernant les victimes de la barbarie nazie. »

 

C’est tout cela le MÉPRIS !

 

Lorsque vous avancez  « un coût compris entre un et deux milliards », la marge de 1 milliard est grande !

 

Nous constatons que pour nos gouvernants, il y a des Morts pour la France dignes de la reconnaissance de la Nation et d’autres qui ne le sont pas !

D’autre part le décret de 2004 fait référence à la souffrance d’un orphelin laquelle est évaluée en fonction des conditions du décès de ses parents ….Comment oser écrire cela… ? Ceux qui l’affirment aujourd’hui que savent-ils de la souffrance d’un Orphelin ?

 

Bien sûr nous avons manifesté tout au long de ces 18 années, pacifiquement, sans faire de scandale, sans casse, mais aussi dans l’INDIFFÉRENCE complète des politiques et des médias…aurions-nous dû agir autrement afin que nous soyons entendus ? Peut-être…

Que faut-il en conclure… ?

 

Pour nous, Pupilles et Orphelins, il ne peut y avoir de différence : la reconnaissance ne peut se mesurer par la souffrance de celles et ceux qui ont donné leur VIE pour la France. Si nous acceptons cela, nous renierons nos pères et nos mères !

 

Nous parlons de JUSTICE, de RESPECT, d’HONNEUR, et du sacrifice de celles et ceux qui ont payé cher, très cher, afin que la devise de notre Pays, « LIBERTÉ – ÉGALITÉ – FRATERNITÉ », puisse continuer à orner les frontons de nos Monuments Publics!

 

L’ÉGALITÉ doit être totale pour tous ces MORTS et pour leurs descendants, le traitement qui leur est dû doit trouver sa source  dans le Statut des Pupilles de la Nation voulu par Georges CLEMENCEAU en 1917.

 

Notre combat, pour obtenir une indemnisation égale à celle de nos frères et sœurs, continue, car nous trouvons scandaleux de la part du Pays des Droits de L’Homme, de se comporter d’une façon si peu glorieuse envers celles et ceux qui grâce à leur sacrifice leur permette de vivre en LIBERTÉ et de gouverner notre cher Pays :

 

LA FRANCE

Respectueusement,

 

 

Marie-Louise Lorenzon  

Présidente de la Fédération de la Moselle
Vice-Présidente Nationale

Téléchargez le courrier au format PDF

 

 

 

 

Courrier de Claude Dayon Secrétaire Générale à Madame Geneviève DARRIEUSSECQ

Monsieur Le Président de la République
Monsieur Emmanuel Macron
Palais de l’Élysée,
55 rue du Faubourg-Saint-Honoré
75008 Paris, France

 

Dole, le 9 janvier 2019

 

Monsieur le Président,

 

Les Pupilles de la Nation, Orphelins de Guerre, sont aussi des « gilets jaunes”. Ils sont non violents, silencieux, mais pour autant révoltés. Ils sont humiliés par le MEPRIS que les services de l’état manifeste à leur égard.

  • Méprisés, car nos lettres restent souvent sans réponse,
  • Méprisés, car de multiples questions écrites, orales sont rejetées.
  • Méprisés, car manque de suivi des multiples propositions de lois déposées depuis des décennies!

Humiliés, par la graduation de la mort de nos Pères, de leur souffrance, de notre souffrance, mesurée, étiquetée, classée dans des tiroirs par les énarques des ministères concernés.

Humiliés, lorsque ces étiquettes sont exhumées, pour que nos revendications soient examinées.

Au mot près, à la virgule près, les mêmes arguties nous sont opposées depuis des décennies.

Qui a osé parmi ” les Hauts Fonctionnaires, parmi vos Conseillers, reconduire d’année en année cette “grille  de mesure” !!! ???

Vous souhaitez Monsieur le Président, une France Juste et Solidaire. Alors regardez nous, écoutez nous :

  • Parce que nous sommes des retraités âgés.
  • Parce que nous avons vécu et vivons encore dans la misère
  • L’Etat nous doit réparation.
  • C’est un devoir moral pour tous les ressortissants du monde combattant.
  • C’est inscrit dans le marbre comme sont inscrits les noms de nos Pères sur les monuments et dans nos cœurs.
  • Le 14 juillet, vous avez déclaré en faisant référence au sacrifice de ceux qui ont payé de leur vie, pour sauver la France
  • « Ces Français ont des droits sur nous. Ils veulent qu’aucune de nos pensées ne se détourne d’eux, qu’aucun de nos actes ne leur soit étranger. Nous leur devons tout. Sans aucune réserve. »

Des Parlementaires approuvent notre démarche. Ils interpellent Monsieur Darmanin !

Les réponses apportées, sur votre demande, par Madame Darrieussecq, ont rouvert notre plaie…Elle est béante, et fait qu’aujourd’hui, certains crient la détresse de tous.

 Nous sommes nombreux dans la rue avec les retraités ou à arborer ce gilet de la révolte sur notre pare brise et pour vous demander

Honorerez vous la dette de l’ETAT ????

 

Cette réponse, Monsieur le Président, nous l’attendons, las des courriers stéréotypés de vos conseillers répondant en votre nom :

– « Je vous ai entendu »

– « Je demande l’étude de ce dossier à ma Secrétaire d’Etat… »

      – « Monsieur le Président a bien pris en compte votre demande »

–    Pire encore, le Silence !!!!

 

 

Veuillez agréer, Monsieur le Président, l’expression de mon profond respect.

 

Anne CHALONS

 

 

 

Madame Anne CHALONS

Officier de la Légion d’Honneur

Présidente de la Fédération Nationale Autonome des Pupilles de la Nation et Orphelins de Guerre (FNAPOG)

3b Rue Marcel Aymé

39100 DOLE

Edito de la Présidente Nationale
7 janvier 2019

 

 

Promesses !!! Promesses ….. !!!! puis c’est circulez , il n’y a rien à avoir

LE DEVOIR MORAL DE L’ETAT ….. « BAFOUE »

Depuis des années les Pupilles de la nation Orphelins sollicitent les parlementaires de tous bords, dans tout le pays.
Aujourd’hui, il en ont « marre » de toutes les promesses, de tous les « je vous ai compris » … !! ou encore des « nous sommes à vos cotés » !! « nous vous soutenons » etc….etc… .

Tous sont des retraités âgés de 70 à 80 ans. Un certain nombre d’entre eux sont dans les manifestations actuelles certes pacifistes, un plus grand nombre encore, soutiennent le mouvement un gilet sur le pare brise.

Tous ont des pensions de misère, faute d’avoir pu, pendant et après la seconde guerre mondiale bénéficier d’une bonne éducation et de formations à la hauteur du préjudice que leur a causé l’ETAT en guerre, en leur prenant le seul soutien familial,parfois les deux .

Le mouvement social actuel des « Gilets Jaunes » et leur mois de mobilisation,a ouvert les yeux de nombreux pupilles de la nation encore incrédules ou naïfs .

Ils attendent que nos gouvernants actuels comprennent la colère générale.

Ils veulent que le gouvernement prenne conscience, que la souffrance générale c’est aussi l’expression dechaque souffrance, liées à l’injustice et au mépris général.

L’injustice, le mépris, les Pupilles de la Nation Orphelins de guerre le subissent depuis 18 ans. Ils sont favorables à ce mouvement social. Ils sont non violents, mais ils arborent sur leur pare brise ce Gilet symbole. Celui-ci accompagne leur symbole républicain habituel aux trois couleurs .

Pour les Pupilles, Orphelins, l’injustice catégorielle majeure liée à deux décrets qui indemnisent certains d’entre eux, en excluant les autres est injustifiable !

Cette injustice est reconnue et admise par tous les dirigeants. Elle mène souvent à des situations Ubuesques, mais surtout à la consolidation de la misère pour de nombreux Pupilles de la Nation Orphelins retraités !

Depuis 18 ans, les orphelins subissent le mépris de nos gouvernants successifs manipulés par les technocrates

Malgré les promesses de N.SARKOZY, les engagements de F.HOLLANDE, l’invitation de E.MACRON à l’Elysée et son soutien … Malgré les milliers de lettres, les centaines de questions posées aux divers gouvernements, la trentaine de proposition de loi déposées …tout est « resté lettre morte » et sans débat.

La technostructure dit« NON » et, ce sont des insultes à la mémoire de nos parents !!!!!!

Pour ces bureaucrates, le fait de « Mourir pour la France » doit être gradué. Il y a des morts dignes de la reconnaissance de la Nation et d’autres pas.. !

Pour ces fonctionnaires hautement qualifiés !!!, la souffrance d’un Orphelin doit être évaluée en fonction des conditions de la mort de son ou ses parent(s)

La mort était elle : Plus ou Moins Barbare… ! Le mort a été fusillé ou est mort au Champs d’ Honneur… il était Résistant ou Déporté ou Mobilisé et ou Prisonnier, victime civile ou malade !

Selon le cas la douleur de la mort est alors différente pour l’Orphelin ?

Ceux qui affirment cela sont ils des ORPHELINS???

Que savent-ils de cette souffrance pour en juger depuis un bureau administratif ?
Comment ces Orphelins Retraités peuvent -ils faire encore confiance . Ils sont pacifiques mais il ne croient plus dans la parole et dans le pouvoir des élus.

A 80 ans les Pupilles Orphelins pensent avoir payé très cher le rachat de la Patrie.

Ils accompagnent les revendications de tous ces Français pour que soient respectés la LIBERTE, L’EGALITE, et LA FRATERNITE pour tous, mais aussi pour les Pupilles retraités et leur pouvoir d’achat..

Ils ont tant donné à la Patrie.

Que faire, Que dire d’autre, dans un débat lorsque l’on est Pupille et Orphelin ?

Alors que l’EGALITE n’est pas respectée, entre tous les Morts pour la France.

Alors que l’Etat remet en cause l’EGALITE de traitement prévu par le statut de CLEMENCEAU en 1917.

Alors que n’est pas respecté le DROIT A REPARATION instauré dans le statut pour les orphelins

LE DEVOIR MORAL DE L’ETAT ne doit pas être bafoué . IL DOIT ETRE RESPECTE

« CE JOUR LA FLEURIRA LA JUSTICE.. »

 

 

La présidente Nationale Anne CHALONS

presidence@fnapg.fr
www.fnapog.fr

 Télécharger au format PDF

 

 

Lettre ouverte à Madame Darrieussecq

 

Farschviller le 6 janvier 2019

Lettre ouverte à Madame Geneviève DARRIEUSSECQ,

Secrétaire d’Etat auprès de Madame la Ministre des Armées.

 

Voilà une nouvelle année qui s’ouvre à nous : 2019 est là !

Que nous réserve cette année ?

Quels seront les arguments mis en avant pour ne pas accéder à notre indemnisation ?

Deux décrets ont vu le jour le 13 juillet 2000 et le 27 juillet 2004, lesquels ont créé une Injustice inacceptable ! Nous n’emploierons plus le mot « discrimination » puisque celui-ci est contesté.

Le mouvement social actuel m’incite à nouveau à vous interpeler.

Il a fallu près d’un mois de mobilisation, de violence, de casse pour que le gouvernement prenne enfin conscience de la colère de nos concitoyens et admette qu’il était l’expression d’une souffrance, d’un sentiment d’injustice lié à du mépris. Et ce n’est pas terminé…2019 n’a pas apaisé cette colère …

Ceci est également ce que nous ressentons, nous les Orphelins de Guerre, les Pupilles de la Nation, depuis plus de 18 ans… !

1 – L’INJUSTICE

Nous la subissons depuis le premier décret qui a permis l’indemnisation d’une première catégorie d’Orphelins (nous ne la contestons pas !) suivi d’un second décret , laissant sur la route entre autres, les Orphelins de parents résistants volontaires, les Morts au combat, etc…sous prétexte de simples faits de guerre.

 

2 – LE MÉPRIS

Malgré le nombre de lettres aux parlementaires, malgré leurs interventions, malgré leur bon nombre  encore en soutien encore à ce jour à nos côtés, malgré des centaines de questions au gouvernement, malgré 33 propositions de Loi, visant à rétablir l’ÉGALITÉ entre tous les Pupilles et les Orphelins de Guerre de quelque catégorie qu’ils soient : RIEN ! Pas le moindre débat…

  • La promesse de Nicolas SARKOZY (Fax du 23 mai 2007) : Non tenue
  • La promesse de François HOLLANDE (septembre 2006) : Non tenue
  • Réception le 11 novembre 2017 à l’Elysée par le Président Emmanuel MACRON : un ESPOIR ! Bien vite éteint par la communication d’un courrier du chef de cabinet le 18 novembre…
  • Monsieur Jean-Yves LE DRIAN, ministre depuis plusieurs années semble oublier avoir apposé sa signature lors d’une Proposition de Loi nous concernant…
  • Je reproduis ici la question posée par M. Pueyo et la réponse que vous avez apportée :

 

Joaquim Pueyo le 25 juillet 2018 commission de la défense

« Vous avez bien voulu répondre à ma lettre concernant l’indemnisation des orphelins de guerre et des pupilles de la Nation, en me rappelant les termes du décret de 2000 ainsi que ceux du décret de 2004 concernant le droit à indemnisation. Je suis en effet régulièrement sollicité à ce sujet par le président de l’Association nationale des orphelins de guerre, qui vit dans ma circonscription, et qui défend le principe d’une indemnisation après la retraite. Cette demande a été exprimée à tous les gouvernements, depuis plusieurs années, sous la présidence de M. Nicolas Sarkozy puis celle de M. François Hollande. La réponse est toujours la même. Le blocage est-il d’ordre financier ? Avez-vous évalué le coût que pourrait représenter cette mesure ? »

Réponse de Mme Darrieussecq

« Monsieur Pueyo, l’extension à tous les orphelins de guerre du dispositif d’indemnisation des orphelins de victimes de la barbarie nazie, tel qu’il résulte des lois de 2000 et de 2004, aurait un coût compris entre un et deux milliards d’euros. Je rappelle que les orphelins concernés ont quatre-vingt-cinq ans en moyenne, et que l’ONACVG les a soutenus toute leur vie. Je ne suis pas certaine que leur situation matérielle appelle de nouveaux instruments indemnitaires et je crois au contraire qu’il faut conserver toute sa spécificité au dispositif concernant les victimes de la barbarie nazie. »

 

C’est tout cela le MÉPRIS !

 

Lorsque vous avancez  « un coût compris entre un et deux milliards », la marge de 1 milliard est grande !

 

Nous constatons que pour nos gouvernants, il y a des Morts pour la France dignes de la reconnaissance de la Nation et d’autres qui ne le sont pas !

D’autre part le décret de 2004 fait référence à la souffrance d’un orphelin laquelle est évaluée en fonction des conditions du décès de ses parents ….Comment oser écrire cela… ? Ceux qui l’affirment aujourd’hui que savent-ils de la souffrance d’un Orphelin ?

 

Bien sûr nous avons manifesté tout au long de ces 18 années, pacifiquement, sans faire de scandale, sans casse, mais aussi dans l’INDIFFÉRENCE complète des politiques et des médias…aurions-nous dû agir autrement afin que nous soyons entendus ? Peut-être…

Que faut-il en conclure… ?

 

Pour nous, Pupilles et Orphelins, il ne peut y avoir de différence : la reconnaissance ne peut se mesurer par la souffrance de celles et ceux qui ont donné leur VIE pour la France. Si nous acceptons cela, nous renierons nos pères et nos mères !

 

Nous parlons de JUSTICE, de RESPECT, d’HONNEUR, et du sacrifice de celles et ceux qui ont payé cher, très cher, afin que la devise de notre Pays, « LIBERTÉ – ÉGALITÉ – FRATERNITÉ », puisse continuer à orner les frontons de nos Monuments Publics!

 

L’ÉGALITÉ doit être totale pour tous ces MORTS et pour leurs descendants, le traitement qui leur est dû doit trouver sa source  dans le Statut des Pupilles de la Nation voulu par Georges CLEMENCEAU en 1917.

 

Notre combat, pour obtenir une indemnisation égale à celle de nos frères et sœurs, continue, car nous trouvons scandaleux de la part du Pays des Droits de L’Homme, de se comporter d’une façon si peu glorieuse envers celles et ceux qui grâce à leur sacrifice leur permette de vivre en LIBERTÉ et de gouverner notre cher Pays :

 

LA FRANCE

Respectueusement,

 

 

Marie-Louise Lorenzon  

Présidente de la Fédération de la Moselle
Vice-Présidente Nationale

Téléchargez le courrier au format PDF

 

 

 

 

Courrier de Claude Dayon Secrétaire Générale à Madame Geneviève DARRIEUSSECQ

Courrier de la Secrétaire Générale  Claude Dayon à Monsieur le Président de la République 15 janvier 2019

LES GILETS JAUNES « PUPILLES DE LA NATION ET ORPHELINS DE GUERRE » EN COLERE

 

LES GILETS JAUNES « PUPILLES DE LA NATION ET ORPHELINS DE GUERRE » EN COLERE

 

Monsieur le Président de la République,

Nous ne demandons pas votre démission, mais votre écoute, votre attention et votre accord pour enfin obtenir « LA » reconnaissance pécuniaire que nous réclamons. Afin que le mot EGALITE, faisant partie de notre devise, soit enfin respecté.

En tant que Pupille de la Nation, orpheline de Guerre et Secrétaire Générale de la Fédération Autonome Nationale des Pupilles de la Nation et Orphelin de Guerre (FNAPOG) je me permets de vous écrire, suite aux multiples réponses négatives reçues depuis des décennies, de la part des différents Secrétaires d’Etat  des Anciens Combattants auprès des Ministres de la Défense, concernant notre situation et notre demande de reconnaissance.

 

Nous sommes actuellement tous âgés entre 70 et 95 ans, retraités sans aucune aide constante de l’Etat.

Nous avons tout perdu suite à la mort de nos Parents,

Nous nous sommes battus durant toute notre jeunesse contre les affronts et brimades subis par nos camarades à l’école,

Nous avons durant toute notre vie, cherché,  pleuré et réclamé nos parents morts pour la France,

Nous avons souvent été malmenés par nos proches familles qui profitaient de nous et nous critiquaient, (sujet quelquefois tabou pour nos tuteurs qui n’en parlaient jamais même après notre majorité),

Notre soi-disant pension versée par la Nation a bien souvent été détournée par nos « Tuteurs »,

Nous avons travaillés toute notre vie, souvent dès l’âge de 14 ans, afin d’aider nos mères ou pères, frères et sœurs, puis nos enfants qui ne comprennent pas l’attitude de la France,

Nous n’avons jamais rien réclamé aux différents Gouvernements, par dignité et respect,

Nous mourrons, actuellement, dans la plus grande indifférence de l’Etat !!!

 

Nos parents « Morts pour la France » ont combattu pour la Liberté de la France.

 

La France les a envoyés au combat sans leur demander leur accord, ils ont obéi aux ordres, être militaire n’était pas leur métier (comme c’est le cas actuellement), mais ils voulaient une France libre et indépendante et ont combattu et défendu ce droit d’indépendance et de liberté.

 

Cette guerre les a tués, leurs femmes sont devenues Veuves et leurs enfants Orphelins seuls face à la vie !

 

Alors que la France les a envoyés au Front sans demander leur consentement, la France ne veut plus reconnaître les descendants de ces combattants !!!

 

Les Hauts Fonctionnaires de l’Etat n’ont jamais voulu nous reconnaître, Pourquoi ??? Qu’ont-ils contre les Pupilles de la Nation et Orphelins de Guerre, ils s’imaginent que nous avons vécu comme eux !!!  Ils sont bien loin de connaître toute notre souffrance interne et les rejets que nous avons subis…

 

Nous ne voulons plus entendre les réponses officielles telles que :

«  …le dispositif 2000-2004 doit rester fidèle à sa justification essentielle qui est de consacrer solennellement le souvenir des victimes de la barbarie nazie à travers leurs enfants mineurs au moment des faits, mais aussi une certaine responsabilité de l’Etat français. Le maintien de cette spécificité a donc été décidé pour ne pas porter atteinte à la cohérence des décrets et à la dimension symbolique qu’ils représentent….

Ou :

« …cette indemnisation destinée aux victimes  de la barbarie nazie renvoie à une douleur tout à fait particulière, celle d’avoir perdu un père ou une mère, ou parfois les deux, dans un camp d’extermination. En effet, c’est fondamentalement le caractère hors norme d’extrême barbarie propre à ces disparitions spécifiques à la Seconde Guerre mondiale, le traumatisme dépassant le strict cadre d’un conflit entre Etats, ainsi que la complicité du régime de Vichy, comme l’a rappelé le Président de la République, qui sont à l’origine de ce dispositif…

« …enfin comme le prévoit le CPMIVG, tous les orphelins de guerre, pupilles de la Nation sont, quel que soit leur âge, ressortissants de l’ONACVG et peuvent bénéficier, à ce titre, de l’assistance de cet établissement public, dispensée notamment sous la forme d’aides ou de secours en cas de maladie, absence de ressources ou difficultés momentanées… »

 

Nous sommes considérés comme des « Nantis » d’après la phrase de Madame Darrieussecq :

« Je rappelle que les orphelins concernés ont quatre-vingt-cinq ans en moyenne, et que l’ONACVG les a soutenus toute leur vie. Je ne suis pas certaine que leur situation matérielle appelle de nouveaux instruments indemnitaires »

QUELLE HONTE !!!

 

L’ONACVG connaît-il le nombre de Pupilles de la Nation et Orphelins de Guerre ???

A-t-il été vers eux ??? Combien de Pupilles de la Nation ne connaissent pas l’ONACVG ??? Qui peut aider un Pupille de la Nation, si celui-ci n’appartient pas à une association ???

 

Par ces réponses (que je qualifie d’abjectes) nous recevons « en pleine figure » qu’un Pupille de la Nation dont le parent est mort par cause de guerre (responsabilité de l’Etat et non de la Nation) est donc classé selon la souffrance subie…… comme si la souffrance ou la mort pouvait se mesurer !!!!

 

Certes l’ONACVG peut venir en aide aux Pupilles de la Nation lors d’un besoin momentané, mais cette institution ne donne aucune aide constante à un retraité touchant à peine 600 euros de retraite mensuelle !!!

 

Alors OUI on nous a laissés au bord du chemin, on nous fusille petit à petit, sans réfléchir une seconde à l’extrême souffrance de notre jeunesse et qui se ranime à l’âge de notre retraite !!!

 

L’Etat n’est-il pas responsable vis-à-vis de ces soldats partis au front ? Quelle fut leur vie durant ces combats ? Ils ont également subi les atrocités de la barbarie de la guerre et ils sont morts (de quelle façon ??? bien souvent nous l’ignorons !!!)

 

Alors s’il vous plaît ne faites pas de différence entre tous les Pupilles de la Nation et Orphelins de Guerre, concernant la barbarie nazie, le cœur d’un enfant souffre toujours de la même façon.

 

Monsieur le Président, les deux décrets de 2000 et 2004 nous ont enfoncés encore plus  et malheureusement ont ravivés une douleur parfois volontairement enfouie, nous les respectons et ne les critiquons d’aucune façon, mais nous réclamons à voix haute et forte, vu notre âge, une légalisation de la reconnaissance de l’Etat  pour tous les Pupilles de la Nation, Orphelins de Guerre de tous les conflits. Les retraités « gilets jaunes » dont nous faisons partie demandent rapidement  un décret de votre part afin de reconnaître définitivement tous les Pupilles de la Nation et Orphelins de Guerre.

 

Notre devise n’est-elle pas : « LIBERTE-EGALITE-FRATERNITE »

 

 Claude Dayon

Secrétaire Générale 

Fédération Nationale Autonome des Pupilles de la Nation et Orphelins de Guerre

 

Courrier de la Présidente Nationale FNAPOG à Monsieur le Président de la République 9 janvier 2019

Monsieur Le Président de la République
Monsieur Emmanuel Macron
Palais de l’Élysée,
55 rue du Faubourg-Saint-Honoré
75008 Paris, France

 

Dole, le 9 janvier 2019

 

Monsieur le Président,

 

Les Pupilles de la Nation, Orphelins de Guerre, sont aussi des « gilets jaunes”. Ils sont non violents, silencieux, mais pour autant révoltés. Ils sont humiliés par le MEPRIS que les services de l’état manifeste à leur égard.

  • Méprisés, car nos lettres restent souvent sans réponse,
  • Méprisés, car de multiples questions écrites, orales sont rejetées.
  • Méprisés, car manque de suivi des multiples propositions de lois déposées depuis des décennies!

Humiliés, par la graduation de la mort de nos Pères, de leur souffrance, de notre souffrance, mesurée, étiquetée, classée dans des tiroirs par les énarques des ministères concernés.

Humiliés, lorsque ces étiquettes sont exhumées, pour que nos revendications soient examinées.

Au mot près, à la virgule près, les mêmes arguties nous sont opposées depuis des décennies.

Qui a osé parmi ” les Hauts Fonctionnaires, parmi vos Conseillers, reconduire d’année en année cette “grille  de mesure” !!! ???

Vous souhaitez Monsieur le Président, une France Juste et Solidaire. Alors regardez nous, écoutez nous :

  • Parce que nous sommes des retraités âgés.
  • Parce que nous avons vécu et vivons encore dans la misère
  • L’Etat nous doit réparation.
  • C’est un devoir moral pour tous les ressortissants du monde combattant.
  • C’est inscrit dans le marbre comme sont inscrits les noms de nos Pères sur les monuments et dans nos cœurs.
  • Le 14 juillet, vous avez déclaré en faisant référence au sacrifice de ceux qui ont payé de leur vie, pour sauver la France
  • « Ces Français ont des droits sur nous. Ils veulent qu’aucune de nos pensées ne se détourne d’eux, qu’aucun de nos actes ne leur soit étranger. Nous leur devons tout. Sans aucune réserve. »

Des Parlementaires approuvent notre démarche. Ils interpellent Monsieur Darmanin !

Les réponses apportées, sur votre demande, par Madame Darrieussecq, ont rouvert notre plaie…Elle est béante, et fait qu’aujourd’hui, certains crient la détresse de tous.

 Nous sommes nombreux dans la rue avec les retraités ou à arborer ce gilet de la révolte sur notre pare brise et pour vous demander

Honorerez vous la dette de l’ETAT ????

 

Cette réponse, Monsieur le Président, nous l’attendons, las des courriers stéréotypés de vos conseillers répondant en votre nom :

– « Je vous ai entendu »

– « Je demande l’étude de ce dossier à ma Secrétaire d’Etat… »

      – « Monsieur le Président a bien pris en compte votre demande »

–    Pire encore, le Silence !!!!

 

 

Veuillez agréer, Monsieur le Président, l’expression de mon profond respect.

 

Anne CHALONS

 

 

 

Madame Anne CHALONS

Officier de la Légion d’Honneur

Présidente de la Fédération Nationale Autonome des Pupilles de la Nation et Orphelins de Guerre (FNAPOG)

3b Rue Marcel Aymé

39100 DOLE

Edito de la Présidente Nationale
7 janvier 2019

 

 

Promesses !!! Promesses ….. !!!! puis c’est circulez , il n’y a rien à avoir

LE DEVOIR MORAL DE L’ETAT ….. « BAFOUE »

Depuis des années les Pupilles de la nation Orphelins sollicitent les parlementaires de tous bords, dans tout le pays.
Aujourd’hui, il en ont « marre » de toutes les promesses, de tous les « je vous ai compris » … !! ou encore des « nous sommes à vos cotés » !! « nous vous soutenons » etc….etc… .

Tous sont des retraités âgés de 70 à 80 ans. Un certain nombre d’entre eux sont dans les manifestations actuelles certes pacifistes, un plus grand nombre encore, soutiennent le mouvement un gilet sur le pare brise.

Tous ont des pensions de misère, faute d’avoir pu, pendant et après la seconde guerre mondiale bénéficier d’une bonne éducation et de formations à la hauteur du préjudice que leur a causé l’ETAT en guerre, en leur prenant le seul soutien familial,parfois les deux .

Le mouvement social actuel des « Gilets Jaunes » et leur mois de mobilisation,a ouvert les yeux de nombreux pupilles de la nation encore incrédules ou naïfs .

Ils attendent que nos gouvernants actuels comprennent la colère générale.

Ils veulent que le gouvernement prenne conscience, que la souffrance générale c’est aussi l’expression dechaque souffrance, liées à l’injustice et au mépris général.

L’injustice, le mépris, les Pupilles de la Nation Orphelins de guerre le subissent depuis 18 ans. Ils sont favorables à ce mouvement social. Ils sont non violents, mais ils arborent sur leur pare brise ce Gilet symbole. Celui-ci accompagne leur symbole républicain habituel aux trois couleurs .

Pour les Pupilles, Orphelins, l’injustice catégorielle majeure liée à deux décrets qui indemnisent certains d’entre eux, en excluant les autres est injustifiable !

Cette injustice est reconnue et admise par tous les dirigeants. Elle mène souvent à des situations Ubuesques, mais surtout à la consolidation de la misère pour de nombreux Pupilles de la Nation Orphelins retraités !

Depuis 18 ans, les orphelins subissent le mépris de nos gouvernants successifs manipulés par les technocrates

Malgré les promesses de N.SARKOZY, les engagements de F.HOLLANDE, l’invitation de E.MACRON à l’Elysée et son soutien … Malgré les milliers de lettres, les centaines de questions posées aux divers gouvernements, la trentaine de proposition de loi déposées …tout est « resté lettre morte » et sans débat.

La technostructure dit« NON » et, ce sont des insultes à la mémoire de nos parents !!!!!!

Pour ces bureaucrates, le fait de « Mourir pour la France » doit être gradué. Il y a des morts dignes de la reconnaissance de la Nation et d’autres pas.. !

Pour ces fonctionnaires hautement qualifiés !!!, la souffrance d’un Orphelin doit être évaluée en fonction des conditions de la mort de son ou ses parent(s)

La mort était elle : Plus ou Moins Barbare… ! Le mort a été fusillé ou est mort au Champs d’ Honneur… il était Résistant ou Déporté ou Mobilisé et ou Prisonnier, victime civile ou malade !

Selon le cas la douleur de la mort est alors différente pour l’Orphelin ?

Ceux qui affirment cela sont ils des ORPHELINS???

Que savent-ils de cette souffrance pour en juger depuis un bureau administratif ?
Comment ces Orphelins Retraités peuvent -ils faire encore confiance . Ils sont pacifiques mais il ne croient plus dans la parole et dans le pouvoir des élus.

A 80 ans les Pupilles Orphelins pensent avoir payé très cher le rachat de la Patrie.

Ils accompagnent les revendications de tous ces Français pour que soient respectés la LIBERTE, L’EGALITE, et LA FRATERNITE pour tous, mais aussi pour les Pupilles retraités et leur pouvoir d’achat..

Ils ont tant donné à la Patrie.

Que faire, Que dire d’autre, dans un débat lorsque l’on est Pupille et Orphelin ?

Alors que l’EGALITE n’est pas respectée, entre tous les Morts pour la France.

Alors que l’Etat remet en cause l’EGALITE de traitement prévu par le statut de CLEMENCEAU en 1917.

Alors que n’est pas respecté le DROIT A REPARATION instauré dans le statut pour les orphelins

LE DEVOIR MORAL DE L’ETAT ne doit pas être bafoué . IL DOIT ETRE RESPECTE

« CE JOUR LA FLEURIRA LA JUSTICE.. »

 

 

La présidente Nationale Anne CHALONS

presidence@fnapg.fr
www.fnapog.fr

 Télécharger au format PDF

 

 

Lettre ouverte à Madame Darrieussecq

 

Farschviller le 6 janvier 2019

Lettre ouverte à Madame Geneviève DARRIEUSSECQ,

Secrétaire d’Etat auprès de Madame la Ministre des Armées.

 

Voilà une nouvelle année qui s’ouvre à nous : 2019 est là !

Que nous réserve cette année ?

Quels seront les arguments mis en avant pour ne pas accéder à notre indemnisation ?

Deux décrets ont vu le jour le 13 juillet 2000 et le 27 juillet 2004, lesquels ont créé une Injustice inacceptable ! Nous n’emploierons plus le mot « discrimination » puisque celui-ci est contesté.

Le mouvement social actuel m’incite à nouveau à vous interpeler.

Il a fallu près d’un mois de mobilisation, de violence, de casse pour que le gouvernement prenne enfin conscience de la colère de nos concitoyens et admette qu’il était l’expression d’une souffrance, d’un sentiment d’injustice lié à du mépris. Et ce n’est pas terminé…2019 n’a pas apaisé cette colère …

Ceci est également ce que nous ressentons, nous les Orphelins de Guerre, les Pupilles de la Nation, depuis plus de 18 ans… !

1 – L’INJUSTICE

Nous la subissons depuis le premier décret qui a permis l’indemnisation d’une première catégorie d’Orphelins (nous ne la contestons pas !) suivi d’un second décret , laissant sur la route entre autres, les Orphelins de parents résistants volontaires, les Morts au combat, etc…sous prétexte de simples faits de guerre.

 

2 – LE MÉPRIS

Malgré le nombre de lettres aux parlementaires, malgré leurs interventions, malgré leur bon nombre  encore en soutien encore à ce jour à nos côtés, malgré des centaines de questions au gouvernement, malgré 33 propositions de Loi, visant à rétablir l’ÉGALITÉ entre tous les Pupilles et les Orphelins de Guerre de quelque catégorie qu’ils soient : RIEN ! Pas le moindre débat…

  • La promesse de Nicolas SARKOZY (Fax du 23 mai 2007) : Non tenue
  • La promesse de François HOLLANDE (septembre 2006) : Non tenue
  • Réception le 11 novembre 2017 à l’Elysée par le Président Emmanuel MACRON : un ESPOIR ! Bien vite éteint par la communication d’un courrier du chef de cabinet le 18 novembre…
  • Monsieur Jean-Yves LE DRIAN, ministre depuis plusieurs années semble oublier avoir apposé sa signature lors d’une Proposition de Loi nous concernant…
  • Je reproduis ici la question posée par M. Pueyo et la réponse que vous avez apportée :

 

Joaquim Pueyo le 25 juillet 2018 commission de la défense

« Vous avez bien voulu répondre à ma lettre concernant l’indemnisation des orphelins de guerre et des pupilles de la Nation, en me rappelant les termes du décret de 2000 ainsi que ceux du décret de 2004 concernant le droit à indemnisation. Je suis en effet régulièrement sollicité à ce sujet par le président de l’Association nationale des orphelins de guerre, qui vit dans ma circonscription, et qui défend le principe d’une indemnisation après la retraite. Cette demande a été exprimée à tous les gouvernements, depuis plusieurs années, sous la présidence de M. Nicolas Sarkozy puis celle de M. François Hollande. La réponse est toujours la même. Le blocage est-il d’ordre financier ? Avez-vous évalué le coût que pourrait représenter cette mesure ? »

Réponse de Mme Darrieussecq

« Monsieur Pueyo, l’extension à tous les orphelins de guerre du dispositif d’indemnisation des orphelins de victimes de la barbarie nazie, tel qu’il résulte des lois de 2000 et de 2004, aurait un coût compris entre un et deux milliards d’euros. Je rappelle que les orphelins concernés ont quatre-vingt-cinq ans en moyenne, et que l’ONACVG les a soutenus toute leur vie. Je ne suis pas certaine que leur situation matérielle appelle de nouveaux instruments indemnitaires et je crois au contraire qu’il faut conserver toute sa spécificité au dispositif concernant les victimes de la barbarie nazie. »

 

C’est tout cela le MÉPRIS !

 

Lorsque vous avancez  « un coût compris entre un et deux milliards », la marge de 1 milliard est grande !

 

Nous constatons que pour nos gouvernants, il y a des Morts pour la France dignes de la reconnaissance de la Nation et d’autres qui ne le sont pas !

D’autre part le décret de 2004 fait référence à la souffrance d’un orphelin laquelle est évaluée en fonction des conditions du décès de ses parents ….Comment oser écrire cela… ? Ceux qui l’affirment aujourd’hui que savent-ils de la souffrance d’un Orphelin ?

 

Bien sûr nous avons manifesté tout au long de ces 18 années, pacifiquement, sans faire de scandale, sans casse, mais aussi dans l’INDIFFÉRENCE complète des politiques et des médias…aurions-nous dû agir autrement afin que nous soyons entendus ? Peut-être…

Que faut-il en conclure… ?

 

Pour nous, Pupilles et Orphelins, il ne peut y avoir de différence : la reconnaissance ne peut se mesurer par la souffrance de celles et ceux qui ont donné leur VIE pour la France. Si nous acceptons cela, nous renierons nos pères et nos mères !

 

Nous parlons de JUSTICE, de RESPECT, d’HONNEUR, et du sacrifice de celles et ceux qui ont payé cher, très cher, afin que la devise de notre Pays, « LIBERTÉ – ÉGALITÉ – FRATERNITÉ », puisse continuer à orner les frontons de nos Monuments Publics!

 

L’ÉGALITÉ doit être totale pour tous ces MORTS et pour leurs descendants, le traitement qui leur est dû doit trouver sa source  dans le Statut des Pupilles de la Nation voulu par Georges CLEMENCEAU en 1917.

 

Notre combat, pour obtenir une indemnisation égale à celle de nos frères et sœurs, continue, car nous trouvons scandaleux de la part du Pays des Droits de L’Homme, de se comporter d’une façon si peu glorieuse envers celles et ceux qui grâce à leur sacrifice leur permette de vivre en LIBERTÉ et de gouverner notre cher Pays :

 

LA FRANCE

Respectueusement,

 

 

Marie-Louise Lorenzon  

Présidente de la Fédération de la Moselle
Vice-Présidente Nationale

Téléchargez le courrier au format PDF

 

 

 

 

Décembre 2018

Courrier à madame Darrieussecq de Sylvestre Cingal Pupille de la Nation

Sylvestre CINGAL

6, rue Vilaine

14190 SAINT SYLVAIN

A

Madame  Geneviève DARRIEUSSECQ

Secrétaire d’Etat auprès de la ministre des Armées

 

                                                                                                                                             Saint Sylvain le 16 décembre 2018

Madame,

J’ai 71 ans et suis retraité.

A 18 ans je me suis engagé dans l’Armée pour 4 ans et à l’issue j’ai rejoint les rangs de la Gendarmerie Nationale au sein de laquelle j’y ai effectué toute ma carrière en servant sur le territoire Métropolitain, dans les TOM-DOM et en Afrique (RCA). J’ai servi mon pays avec loyauté et fidélité. Blessé en service je suis titulaire de la médaille militaire avec pension : 4,57 euros / an. Je suis soldat de France.

Soldat de France !!!… oui mais avant tout ORPHELIN DE GUERRE, PUPILLE DE LA NATION !!…

Effectivement, mon père Michel CINGAL, gendarme ayant servi en Allemagne, en Indochine, à Madagascar puis en Algérie où il est mort en service commandé a laissé une veuve âgée de 31 ans avec 6 enfants de 2 à 12 ans ; c’était en janvier 1960.

Autant j’ai en mémoire l’aide efficace et solidaire du service social de la Gendarmerie de CAEN autant je n’ai pas souvenir de l’intervention des Anciens Combattants si ça n’est qu’aux « 11 novembre » on nous remettait la timbale des Bleuets de France pour aller quêter dans la foule, peu importe. Notre mère nous a élevé seule.

Retraité, arrivé dans la commune de St Sylvain, j’ai rapidement été sollicité par le président de l’Amicale des Anciens Combattants monsieur Jean LOUIS qui a su me convaincre d’adhérer au sein de son amicale en qualité de « soldat de France », ayant un profond respect pour ces anciens d’AFN (comme mon défunt père) j’ai tout naturellement accepté partant du principe que je représentais quelque part la relève de mes aînés.

En 2008 les élections municipales arrivant je suis sollicité pour faire partie d’une liste électorale, par sympathie et par Devoir j’accepte, résultat je suis élu avec 76% des voix et j’accepte d’être 1er adjoint. En 2014 même scénario et je repasse avec 74,86% des voix et toujours 1er adjoint. Pourquoi un tel score ? Tout simplement parce qu’aux dires des habitants je m’investis beaucoup pour ma commune (1 450 habitants) sans compter et uniquement pour l’intérêt collectif. On peut parler de reconnaissance malgré tous les soucis dû à la fonction d’élu.

Oui mais je suis toujours ORPHELIN DE GUERRE PUPILLE DE LA NATION !!…

Adhérent à une association de Pupilles de la Nation et d’Orphelins de Guerre de tous les conflits, j’ai suivi avec intérêt les différentes interventions de nos représentants auprès de vos services habités par une lourde technocratie qui visiblement s’est mise en tête que nous n’étions pas dignes d’intérêts (humainement et politiquement) et ceci depuis quelques années. Les ministres passent et les technocrates restent.

PUPILLE DE LA NATION !!…  Je suis devenu un oublié de l’histoire, de la République et comme disait Monsieur Philippe SEGUIN, également pupille de la Nation, « le petit chose ».

J’ai dernièrement lu votre réponse à monsieur le Député PUEYO et la manière dont vous avez balayé d’un tour de main la nouvelle sollicitation des Pupilles de la Nation.

Je n’ai jamais rien demandé sauf la reconnaissance de mon statut qui résulte de la perte d’un être cher qui était mon père qui a donné sa vie pour servir la Patrie et l’honneur du drapeau Français qu’il a servi en de nombreuses circonstances douloureuses que sont les guerres.

Je suis déçu du comportement de vos services à notre égard,  pour manifester ma déception et mon désappointement je ne vais  pas enfiler un gilet jaune ou me coiffer d’un bonnet rouge, non, je vais me contenter symboliquement de vous adresser ma carte d’adhérent à l’UNAC du Calvados et me passerai de la lecture de leur « Voix du Combattant ». Par contre je reste fidèle à l’Amicale des Médaillés Militaires dont la devise est «  Valeur et Discipline », tout un symbole.

 Le Président de l’Amicale Anciens Combattants de notre commune, âgé et fatigué, souhaite depuis plusieurs années passer le flambeau mais sans volontaire, et tout naturellement j’ai été sollicité à plusieurs reprises. Malgré le respect et l’amitié qui me lient aux Anciens de notre Amicale je refuse catégoriquement car à mon sens ce serait incompatible avec mon statut de Pupille de la Nation oublié de la République bref de « Petit Chose », c’est regrettable n’est-ce pas ?

Dans le même ordre d’idées j’attends avec impatience la fin de mon mandat d’élu pour pouvoir remiser définitivement mon écharpe dans sa boîte, j’aurais vécu une belle et quelques fois éprouvante expérience et à l’âge que j’ai, j’ aurai pu continuer mais vu le peu de considération que j’éprouve, JE DEPOSE LES ARMES.

Par contre si je vous adresse ma carte de l’ONAC je garde précieusement ma carte d’électeur qui, contrairement à certains électeurs désabusés, ne sera pas incinérée. Les élections arrivant deux solutions se présenteront à moi : je reste chez moi et ignore mon devoir de citoyen ou alors je procède, comme beaucoup de citoyens désabusés, au votre sanction ???…

J’ai toujours voté en fonction de mes convictions démocratiques et ma désillusion est telle que je vais m’interroger sur mes convictions démocratiques voire patriotiques.

Madame la Secrétaire d’Etat, je ne suis pas convaincu que mon courrier vous parviendra et que vous le lirez car les méandres de vos services peuvent être apparentés à un « parcours du combattant » et il se peut que mon courrier reste dans « la fosse » de ce même parcours ; j’ose espérer que non.

Madame DARRIEUSSECQ si vous avez pris le temps de me lire je vous en remercie. En raison de votre emploi du temps surchargé je n’espère aucune réponse de votre part néanmoins permettez moi, Madame, de vous adresser mes salutations respectueuses.       

Sylvestre CINGAL

P.S. : Je vais transmettre, pour info, mon courrier à notre Association et à notre Député.

Contactez-nous

Fédération Autonome Nationale des Pupilles de la Nation
Orphelins de Guerre de tous les conflits
FNAPOG

2 Allée des Raisins
11160 – Caunes-Minervois

04 68 78 08 06

secretariat@fnapog.fr

Laissez-nous un message