Famille GUTWER   l’épuisant périple pendant la seconde guerre mondiale

VAUDREUILLE, village du Lauragais dans la Haute Garonne, le 26 Août 1942.

Les habitants sont surpris, quoique, par l’intervention des gendarmes français qui viennent  de bon matin cueillir Edwig GUTWER et sa fille Gerda à leur domicile, sans leur laisser le temps de prendre quelques affaires. Elles sont amenées au camp de NOẺ1 (Hte Garonne).

Le mari Emmanuel, qui était au 513 éme GTE2 de Muret, est arrêté le même jour pour la même destination.

Que s’est-il passé ?

La famille était arrivée en Mai 1940 venant d’Anvers en Belgique. Le père Emmanuel né le 19 Août 1896 à PRZEDBODZ en Pologne, la mère EDWIG née le 24 Juin 1902 à ROZNIATOW se marient en 1926 après s’être installés en Allemagne où lui exerce le métier de cordonnier. De cette union naquit Gerda le 9 Mars 1928 à Bochum.

Les époux GUTWER et leur fille Gerda (photo DPM)

Vers Mai 1933, la famille veut échapper aux nazis, les fuir. Elle part en Belgique à Anvers où elle s’installe. Leur désir est d’immigrer vers la Palestine, ils en font la demande. Cette dernière leur sera refusée, de même que le statut de réfugiés politiques.

Seule consolation, maigre mais primordiale : le droit de travailler. Le père ouvre un magasin de chaussures, Gerda fréquente l’école.

Le 10 mai 1940 l’armée allemande envahit la Belgique et les Pays-Bas. Ils sont encore obligés de fuir, ils ne sont pas les seuls. Direction la France en zone libre.

Ils s’arrêteront à Vaudreuille, 136 habitants environ, assignés à résidence par Vichy.

La petite Gerda est scolarisée à l’école du village. Elle participe, ainsi que sa mère,  aux diverses activités, fait même les vendanges.

Mais un ordre de Vichy demande d’arrêter les juifs étrangers en zone libre, ce que René BOUSQUET s’empressera de mettre en œuvre. D’autres familles du canton de Revel seront également arrêtées.

Nous voilà donc revenu au camp de NOÉ.

Le  1er Septembre 1942, le convoi n° 28, avec plus de 1000 déportés, part de NOẺ vers Drancy puis  destination AUSCHWITZ le 4 suivant. A l’arrivée 3200 hommes seront désignés pour les travaux forcés.

La famille  GUTNER ne reviendra pas de ce camp maudit, exécutée pratiquement à son arrivée.

Ce dernier Dimanche 29 Mai 2022 un hommage leur a été rendu par la commune et son maire, Jean LAGOUTTE. Une plaque souvenir a été inaugurée en présence de Mme POUMIROL sénatrice, de Florence SIDRAT conseillère départementale et du Président de la LICRA d’Occitanie.

   le maire Jean LAGOUTTE, les descendants des GUTNER et AKNER devant la plaque souvenir

Etaient  aussi présents les descendants de la famille, les ADLER  et les STRAUSS venus du Canada pour les uns et des USA pour les autres.

Précision :      Ce moment d’histoire est le résultat de recherches faites par Thomas ALGANS ( réside en Pyrénées Atlantiques), fils d’Elisabeth, à la suite de lettres découvertes  chez son oncle Pierre, fils de Marie et Pierre JUILLA. Ce dernier, maire de Vaudreuille à l’époque narrée.

 

Notes :

1°) Camp de cantonnement au Sud de Toulouse, créé en 1937 puis devenu d’internement en 1941,  réservé aux réfugiés Espagnols, aux Juifs voire aux malades et vieillards. Délivré par le maquis le 19 Août 1944.

2°) Groupement des Travailleurs Étrangers.

 

Sources : La Dépêche du Midi, sites internet divers.