Sélectionner une page

Le REPUBLICAIN LORRAIN

Disparition

L’amiral Philippe de Gaulle, fils du général, est mort à l’âge de 102 ans

Le fils aîné du général de Gaulle est décédé dans la nuit de mardi à mercredi, a indiqué sa famille. Une vie particulièrement dense, entre carrières militaire et artistique, puis politique.

La rédaction (avec AFP) – Aujourd’hui à 07:34 | mis à jour aujourd’hui à 08:55

Philippe de Gaulle en 2005. Photo Sipa/Benaroch

L’amiral Philippe de Gaulle, fils du général de Gaulle, est décédé à l’âge de 102 ans à Paris, a annoncé ce mercredi sa famille. « Il est mort dans la nuit de mardi à mercredi à l’Institution nationale des Invalides dont il était pensionnaire depuis deux ans », a précisé son fils Yves de Gaulle.

« Saluons la mémoire d’un père formidable et d’un grand Français, dont le sens du devoir n’avait d’égal que l’élégance et la modestie. Vision, honneur et simplicité, c’est cela finalement le gaullisme », a écrit sur X Pierre de Gaulle, autre fils de l’amiral.

Fondation Pierre de Gaulle

@Fondation_pdg

𝐋’𝐀𝐦𝐢𝐫𝐚𝐥 𝐝𝐞 𝐆𝐚𝐮𝐥𝐥𝐞, 𝐦𝐨𝐧 𝐩𝐞̀𝐫𝐞, 𝐞𝐬𝐭 𝐩𝐚𝐫𝐭𝐢 𝐜𝐞𝐭𝐭𝐞 𝐧𝐮𝐢𝐭 𝐝𝐚𝐧𝐬 𝐬𝐚 𝟏𝟎𝟑𝐞̀𝐦𝐞 𝐚𝐧𝐧𝐞́𝐞.

Saluons la mémoire d’un père formidable et d’un grand Français, dont le sens du devoir n’avait d’égal que l’élégance et la modestie. 42 ans de service actif dans la Marine, Aéronavale, Débarquement, il a reçu la reddition de 300 Allemands à l’Assemblée Nationale et ne fut pourtant pas nommé Compagnon de la Libération. Sénateur de Paris, il fut un écrivain reconnu avec le fameux « de Gaulle mon Père ». Vision, honneur et simplicité, c’est cela finalement le gaullisme Merci mon Cher Papa ! 

 

Sénateur de Paris entre 1986 et 2004 sous l’étiquette du RPR, puis de l’UMP, il avait mis fin à sa carrière militaire en 1982.

Né le 28 décembre 1921, Philippe de Gaulle est le premier enfant du couple formé par Yvonne et Charles de Gaulle. Ses sœurs, Elisabeth et Anne –porteuse d’une trisomie 21–, sont décédées en 2013 et en 1948. Très tôt, il se passionne pour l’armée et plus précisément la Marine.

Un héros de la Seconde Guerre mondiale

Après avoir étudié à Stanislas, à Paris, il obtient un baccalauréat philosophie et mathématiques élémentaires en 1939. Mais alors qu’il prépare l’entrée à l’Ecole navale, l’avancée des Allemands en France vient changer le cours de sa carrière.

Parti avec sa famille au Royaume-Uni, il s’engage le 20 juin 1940 dans les Forces navales françaises libres. Rapidement, il passe de matelot à élève aspirant, puis enseigne de vaisseau. Il participe durant toute la Seconde Guerre mondiale à des batailles majeures, notamment la bataille de l’Atlantique et la campagne de la Manche. Jusqu’à la Libération, où il commande le 1er peloton de combat du 1er escadron du régiment blindé de fusiliers-marins.

charles-et-philippe-de-gaulle-en-septembre-1962-en-allemagne-photo-afp-1710316510

Une retraite militaire en 1982

Il poursuit sa formation et obtient de nombreux certificats, puis devient le premier commandant de la première flottille d’hélicoptères de la Marine, jusqu’en 1948, avant de piloter de multiples avions militaires. Il participe à la guerre d’Indochine.

Il devient capitaine de frégate en 1961 et participe à la guerre d’Algérie et à la crise du canal de Suez. Il est alors capitaine de vaisseau puis commandant.

En 1963, il est élevé au rang de contre-amiral, puis vice-amiral en 1965. Il devient amiral le 25 juin 1980. Il prend sa retraite militaire en 1982.

Charles de Gaulle le voyait comme son successeur

Une retraite de courte durée, puisqu’il devient ensuite sénateur, de 1986 à fin 2004 sous l’étiquette du RPR, puis de l’UMP. Une suite toute tracée par son père, qui dès 1951 posait son fils comme son successeur politique : « Je sais que tu feras honneur à tout ce que, désormais, notre famille représente et qui sera un jour sans doute ta propre charge ». Ou encore en 1964, dans des instructions adressées à Philippe : « J’espère qu’ensuite, c’est toi-même qui voudra et pourra assumer à ton tour la charge de conduire la France ».

Il s’était consacré à la préservation de la mémoire de son père, publiant plusieurs ouvrages sur le général, dont De Gaulle, mon père, un succès d’édition. Il s’agissait, pour le « fils ébloui », comme il le disait, d’humaniser son illustre géniteur, icône de son vivant, chef de la France libre et ancien président de la République, décédé en 1970.

Un artiste reconnu et prolifique

Pour autant, même si cela est moins mis en avant, Philippe de Gaulle était également un peintre et un illustrateur apprécié, et a même réalisé des affiches et des menus pour des compagnies de paquebots. Il a notamment réalisé des céramiques pour la façade du restaurant L’Huîtrière à Lille. Et même les dessins de la vaisselle utilisée jusqu’en 2008 par Air France pour la première classe de ses avions.

Il est également grand maître de tapisserie d’Aubusson. Il est l’un des rares à avoir peint et gravé des billets de banque et des pièces de monnaie. Il a également illustré des timbres-poste.

Côté familial, Philippe de Gaulle a épousé en 1947 Henriette, filleule du comte de Paris. Ensemble, ils ont eu quatre fils : Charles, Yves, Jean et Pierre.

Aller au contenu principal