Sélectionner une page
T.K. avec AFP
Le sergent Nicolas Mazier du commando parachutiste de l’air n°10 a été tué alors que son unité appuyait une unité irakienne en opération antiterroriste, selon la présidence française.
Photo du sergent Nicolas Mazier tué en Irak lundi 28 août. – État major des armées
L’Élysée a annoncé ce lundi le décès d’un soldat français mobilisé en Irak. Il prenait part à une opération antiterroriste.

L’armée française une nouvelle fois en deuil. Ce mardi, l’Élysée a annoncé le décès d’un soldat français mobilisé en Irak. Le membre des forces spéciales françaises prenait part à une opération antiterroriste lundi. Plusieurs autres soldats ont également été blessés.

« C’est avec une très vive émotion que le président de la République a appris la mort du sergent Nicolas Mazier du commando parachutiste de l’air n°10, tué hier en Irak alors que son unité appuyait une unité irakienne en opération anti-terroriste », a annoncé le palais, exprimant sa solidarité à la famille.

« C’est toute la nation qui le pleure »

Sur Twitter, Emmanuel Macron a rendu hommage au soldat tombé au combat: »Le sergent Nicolas Mazier se battait pour la France, pour notre sécurité. Tombé en Irak, c’est toute la Nation qui le pleure ».

Selon une source sécuritaire irakienne à Kirkouk, lundi soir, une opération conjointe « des forces antiterroristes irakiennes et des militaires des forces françaises stationnées à la base K1 à Kirkouk ont essuyé une embuscade » de jihadistes du groupe Etat islamique (EI) dans la province de Salahedine, dans le désert d’al-Aïth, frontalier de la province de Kirkouk

Dans son communiqué, l’État a réaffirmé sa « détermination dans son combat contre le terrorisme aux côtés de l’Irak ». Les forces armées sont cependant confrontées à une véritable série noire, trois soldats ayant perdu la vie en l’espace de deux semaines.

Le 18 août, la France regrettait la mort du sergent Baptiste Gauchot dans un accident de voiture, tandis que le 21 août, elle annonçait le décès de l’adjudant Nicolas Latourte, « mortellement blessé en marge d’un exercice d’entraînement au combat en zone urbaine ».

Quelque 600 militaires français sont déployés dans la région dans le cadre de l’opération Chammal, le volet français de l’opération de la coalition internationale Inherent Resolve contre le groupe Etat islamique, créée en 2014.

T.K. avec AFP

La présidente de la FNAPOG, ainsi que l’ensemble des membres du Conseil d’Administration partagent la peine immense de sa famille, de ses frères d’armes du commando parachutiste de l’air n° 10 et de ses amis et leur présente leurs sincères condoléances. 

Aller au contenu principal