Sélectionner une page

En ces temps de décadence où la boussole ne fonctionne plus.
L’Histoire me semble-t-il est fébrile.
Et je vous mets en garde:

l’homme providentiel est une tentation facile, on croit qu’il va tout régler du jour au lendemain.

C’est sans doute une idée judéo-chrétienne, le salut par l’homme providentiel.

Mais, c’est souvent des larmes et du sang qui arrivent en lieu et place du salut.

Bien sûr, il y a de grandes exceptions:

policiers, militaires, gendarmes, professeurs, infirmiers, soignants valeureux mais l’Histoire finit par les congédier.

La grandeur ne saurait être l’aspiration des petites âmes!

La « guerre civile » se mène à bas bruit, parce que la conduire dans le bruit et la fureur serait sans doute sanglant.

Mais on s’interroge: sur les moyens de la France en matière d’autorité.

Quel est finalement le rôle du littéraire?

Permettez que je cite Nietzche:

« Nuire à la bêtise ».

Parce que une démocratie sans citoyens éclairés n’est pas une démocratie.

C’est la leçon de Condorcet.

Mais qu’est-ce qu’un citoyen éclairé aujourd’hui, ignoré par l’école et saturé par les réseaux sociaux?

Le citoyen sous les coups de l’injuste et du mal, grogne de temps en temps, comme pour se donner l’illusion qu’il est encore réactif et maître des situations.

Cette période est atypique en raison des restrictions du Covid -19 et de l’invasion de l’Ukraine.

La liberté d’expression n’est pas seulement le pouvoir de dire ce que l’on pense.

Et il ne faut pas se dire que la République est impraticable parce que c’est se reconnaître indigne de la grandeur et de la noblesse qu’elle confère à l’homme.

La fierté de chaque citoyen serait blessée et avilie par une protestation qui fait de lui le soutien de tous ses semblables.

Ecrire est sans doute une brèche dans la bêtise humaine.

Quant à moi, je m’en suis allée à travers la vie, libre, sans être l’esclave d’aucun César!

 » Femme auteur », ou quand écrire nous appartient d’agir.

Un moyen « d’assumer le je », et ce parfois, sans l’aide aucune d’auxiliaires.

A l’approche des élections, il faudra être vigilants face aux Cassandre et aux illusionnistes.

Il convient de se souvenir de la phrase de Jean de la Fontaine:

« Tout flatteur vit aux dépens de celui qui l’écoute »

STEPHANIE

Aller au contenu principal