Sélectionner une page

                                                              Mathilde DALTROFF

 

Cette Normande de la famille BLOCH, est née à Saint-Dié (Vosges) le 26 mai 1858. Avec sa fille Jeanne elle réside à Paris.

Jeanne est née le 28 décembre 1884, chez une sage-femme rue Popincourt (XI ème). Elle est institutrice à la retraite. En 1900 elle avait obtenu son BE, en 1902 son BS1 pour être ensuite reçue en 1905 au concours d’instituteurs, « trices ».

Ses parents Gustave et Mathilde se sont mariés le 3 mars 1884 et résident au 7 rue de la douane Paris XI ème. Elle a 1 sœur Lucie née le 8 aout 1886 qui décède par la suite et un frère Georges2 né le 19 novembre 1888.

A la déclaration de guerre de septembre 1939 elles partent, accompagnées de Gustave le chef de famille, pour plus de sureté dans leur résidence secondaire, rue du Brocq à PIROU, village de 1000 âmes, sur la côte ouest du Calvados (Cotentin). Elles échappent aux premières arrestations car juives Françaises.

Mais la famille, bien accueillie par les habitants découvrant leur identité de juifs, est inquiète et s’entoure de précautions de peur d’être dénoncée. Ils doivent porter l’étoile jaune et ne sortent que très peu. Ils vont même faire une tentative de suicide par asphyxie à l’aide d’un poêle en s’allongeant dans leurs lits et attendant l’issue désirée. Heureusement une voisine venant leur rendre visite découvre cet état de fait, Mathilde et Jeanne seront sauvées mais pas Gustave.

Mais en septembre 1943, ordre est donné par l’occupant de rejoindre Paris pour recensement. C’est ce qu’elles font, mais hélas elles sont arrêtées à leur descente du train en gare de Saint-Lazare.

 

On les dirige, avec 103 autres personnes dans leur cas, (dont 19 de la Manche) vers le château de Grignon à Orly, où elles sont emprisonnées. Le  27 janvier 1944 elles sont transférées à Drancy en vue d’une destination finale le camp de concentration et d’extermination d’Auschwitz-Birkenau. On leur attribue respectivement les n° matricules : 12786 et 12787.

Elles partiront par le convoi n° 673, comportant 1214 ressortissants français. Ce convoi arrive en gare d’Auschwitz le 6 février.

S’effectue un premier tri des déportés : 166 hommes et 49 femmes seront déclarés aptes au travail.

Les autres seront gazés sur place le 8 février 1944 : Mathilde avait 86 ans et Jeanne 60. ( 2 autres « manchois » le seront aussi).

En restant à Paris elles auraient peut-être échappé à cette mort atroce, le régime de Vichy accordant une protection tout à fait aléatoire, aux juifs français.

L’association Pirou (Président Philippe DEPEYRAT) a déposé une plaque commémorative à la Grange à DIMES le 8 février dernier.

Cette plaque sera, dans un proche avenir, apposée sur le mur de la maison du Pirou où vécurent les 2 déportées de 1939 à 1944.

 

Cette association transmet ainsi le devoir de mémoire.

 

NB : le nom de Mathilde est inscrit au mémorial de la SHOAH à Cherbourg, au monument aux morts 39/45 de Saint-Lô et à celui du Pirou.

 

Notes :

      1°) BE et BS sont les brevets élémentaire et supérieur, 2 diplômes ensuite remplacés par le baccalauréat.

      2°) fait prisonnier en 1914, libéré le 18 décembre 1918. Retrouve ses parents et sa sœur Jeanne au 12 bis rue Saint Maur (XI ème)

      3°) convoi cité dans le film de Louis MALLE « Au revoir les enfants ».

 

     

 

Sources : internet bien que parfois les données diffèrent.

 

                                                           

Aller au contenu principal