Sélectionner une page

– mercredi 7 février 2024 France Monde I Le fait du jour

Le Républicain Lorrain

PROCHE-ORIENT

 Zoom Gaza toujours plongée en pleine guerre

Luc Chaillot

L’armée israélienne concentre désormais ses attaques sur le sud de la bande de Gaza ou se sont repliés les combattants du Hamas. Photo Sipa /UPI

Après quatre mois de guerre, ii n’y a toujours aucune sortie de crise en vue dans le conflit entre Israël et le Hamas. Le secrétaire d’Etat américain Antony Blinken est de retour depuis lundi pour la cinquième fois au Moyen-Orient avec l’objectif de conclure une nouvelle trêve et de préparer l’après-guerre en poussant à une solution à deux Etats. Un plan élaboré le 28 janvier à Paris prévoit un cessez-le-feu de six semaines et la libération de 35 à 40 otages israéliens en échange de 200 à 300 prisonniers palestiniens. Le Hamas y est favorable car une nouvelle trêve renforcerait sa popularité. L’issue des discussions est très incertaine car le gouvernement israélien est très divisé sur la suite de la guerre à Gaza. L’extrême droite s’oppose à tout accord avec le Hamas  et menace de faire imploser la coalition gouvernementale. Les extrémistes religieux et les suprématistes du parti Force juive veulent une recolonisation de la bande de Gaza et pousser la population gazaouie à l’exil. Une partie des ministres du Likoud, le parti du chef du gouvernement Benjamin Netanyahou, soutient ce scenario du pire qui aggraverait les risques d’embrasement régional au moment où les rebelles houthis du Yémen perturbent déjà le trafic maritime mondial en mer Rouge.

 

  • Résistance farouche du Hamas

    Israël a obtenu une demi-victoire à La Haye. La Cour internationale de justice (CIJ) n’a pas ordonné de cessez-le-feu, une reconnaissance implicite de son droit à se défendre après le massacre du 7 octobre. La CIJ a toutefois exigé des « mesures immédiates et efficaces » pour limiter les souffrances des civils de Gaza. Elle statuera plus tard sur les accusations de génocide à l’encontre de l’Etat hébreu.

    Les combattants du Hamas opposent une résistance farouche qui a même surpris l’armée israélienne en s’appuyant sur un réseau de tunnels plus important que prévu. Tsahal a perdu 225 soldats depuis le début de l’offensive à Gaza. L’objectif, qui était d’éliminer le groupe terroriste responsable de l’attaque du 7 octobre, semble de plus en plus utopique. Le Hamas continue d’utiliser la population comme bouclier face à une armée israélienne qui bombarde l’enclave sans discernement. Les frappes de l’Etat hébreu ont déjà fait plus de 27 000 morts. Le Hamas détient encore 132 otages dont 27 seraient morts selon Israël, victimes de mauvais traitements ou des bombardements israéliens.

    Dans la bande de Gaza, la situation humanitaire reste catastrophique. Plus de la moitié des bâtiments de !’enclave ont été endommagés ou détruits. Plus de 80 % de la population a été déplacée et 1,3 million de Gazaouis s’entassent à Rafah, à la frontière égyptienne, une ville qui comptait 270 000 habitants avant la guerre.

Aller au contenu principal