Sélectionner une page

jeudi 21septembre 2023

Région / Lorraine

 << Un moment historique pour la France et la Meuse »

Propos recueillis par Isabelle Gerard et Matthieu Boedec

Les monuments israélites et musulmans, près de l’Ossuaire sont désormais classés au patrimoine mondial de l’Unesco. Photo Franck Lallemand

Jérôme Dumont (président du Conseil départemental de la Meuse et coprésident de l’association Paysages et sites de mémoire de la Grande Guerre) : « C’est un moment historique pour la France et le département et on peut adresser un grand coup de chapeau à Marie­ Madeleine Damien, la secrétaire générale de l’association. C’est une grande reconnaissance mais aussi une responsabilité. Je rends hommage à mes prédécesseurs, Claude Leonard et Christian Namy, qui avaient lancé la candidature.»

Samuel Hazard (président du Grand Verdun) : « La première démarche fut un échec donc c’est une belle reconnaissance et un hommage à ceux qui se sont sacrifiés pour que l’on puisse vivre libres et en démocratie. Cela va aussi forcément renforcer la dynamique touristique même si ce n’est pas le plus important.

Jean-Pierre Laparra (maire de Fleury-devant-Douaumont) : « Vous m’apprenez une très, très, très bonne nouvelle (NDLR : on le sent ému). L’impact de cette reconnaissance va dépasser ce que l’on peut imaginer. On peut décerner la Légion d’honneur à Mme Damien. »

Daniel Bertholet (maire de Romagne-sous-Montfaucon) : « On est fier bien sûr mais c’est un bien pour un mal. Ce cimetière appartient aux Américains, il est géré par l’ABMC (American battle monuments commission). Mais il ne rapporte rien à notre commune de 200 habitants. On est content de sa notoriété mais le classement au patrimoine mondial va nous ligoter, nous imposer beaucoup de contraintes pour préserver l’environnement du site. Et cela m’inquiète pour l’évolution du village.»

Olivier Gerard (directeur de l’Ossuaire de Douaumont) : « On est extrêmement heureux de ce classement qui représente une reconnaissance mondiale de ces sites. Grace a cela, on va peut-être éviter l’effritement de la mémoire dans 40 ou 50 ans. Pour l’instant, on a toujours beaucoup de visites mais nous ignorons comment cette fréquentation évoluera. Nous voyons l’avenir un peu plus sereinement grâce à ce classement. Mais de toute façon, le plus important, c’est préserver la mémoire de ce terrible conflit. »

 

 

Aller au contenu principal